Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

L'Alcazar fait le plein avec « L'Amour en Renaissance » et l'ensemble Calisto le 6 février

Vénustés polyphoniques

• 6 février 2016, 13 février 2016 •
L'Alcazar fait le plein avec « L'Amour en Renaissance » et l'ensemble Calisto le 6 février - Zibeline

La recette d’«Une livre de musique» fonctionne à plein régime à l’Alcazar ! Avec des sujets parfois peu «évidents», comme celui proposé début février, «L’Amour en Renaissance» (dans le cadre d’«Alcalove», manifestations liées à la St-Valentin), on refuse du monde en salle de conférence !

Il faut dire que le duo Marie-Anne Baillon & Lionel Pons est bien réglé : la première s’occupe de la partie littéraire, lit d’une voix suave poèmes et extraits de romans liés au sujet (en l’occurrence de Boccace à Marot ou Louise Labé…), attire l’attention sur les ouvrages (livres, CD, DVD…) disponibles en prêt à la Bibliothèque municipale, l’autre, musicologue et conférencier émérite, mêle son saisissant savoir à une éloquence naturelle. Chaque année les fidèles sont de plus en plus nombreux, d’autant que le Département Musique propose des illustrations de «musique vivante» (et gratuite !).

L'Amour en renaissance

L’Amour en Renaissance

C’est un ensemble spécialisé dans la musique de la Renaissance qui a œuvré le 6 février (en luxueux «apéritif» à son concert au Temple Grignan le 13 fév à 18h) pour le plaisir d’un public placé, d’emblée, sous le charme d’une polyphonie «planante». Les cinq voix de l’ensemble Calisto, filant du contre-ténor à la basse, ont brillamment interprété des partitions de Lassus, Palestrina, Cyprien de Rore ou Juan Vásquez, aussi bien profanes que sacrées, et dont le style propre, le contexte, les procédés d’écritures ou le vocabulaire amoureux furent mis en lumière par les propos érudits (mais au demeurent accessibles) ou les digressions contrôlées de l’orateur. On nous parla d’un temps ou poésie et musique, populaire et savant, s’accordaient en un point d’harmonie peut-être inégalé depuis, dans le «film sonore» que constituait le «madrigal», un chant si raffiné, traduisant la fugacité du bonheur, la mélancolie d’une ère paradoxale, traversée par l’espoir humaniste autant que les conflits sanglants.

JACQUES FRESCHEL
Février 2016

Photos : Patrice Vivien

L’ensemble Calisto se produit pour la Saint-Valentin au Temple Grignan (rue Grignan 6ème)
« Calisto chante l’amour », le samedi 13 fév à 18h (Arts et Musiques)

www.ensemblecalisto.fr
www.artsetmusiques.com


Bibliothèque de l’Alcazar
14 Cours Belsunce
13001 Marseille
04 91 55 90 00
http://www.bmvr.marseille.fr/