Guillaume-François Mazurage s'embarque en bande-dessinée avec les éco-pirates de Sea Shepherd

Vaquita et Totoaba sont sur un bateau… Qui les remet à l’eau ?Lu par Zibeline

Guillaume-François Mazurage s'embarque en bande-dessinée avec les éco-pirates de Sea Shepherd - Zibeline

Il avait le profil et le diplôme adéquat pour se retrouver derrière un comptoir de pharmacien, ou faire carrière dans les bureaux immaculés de Sanofi, multinationale de la santé. Au lieu de persévérer dans ce destin aseptisé*, Guillaume-François Mazurage s’est lancé dans la bande dessinée. Et plutôt que de s’évader dans des mondes imaginaires le fessier vissé sur sa chaise, le jeune homme a choisi de parcourir le monde. Comme on le comprend ! Et comme on le remercie, parce qu’en conséquence, ses lecteurs ont l’occasion, avec sa première publication parue aux éditions Robinson, de sentir par procuration la gifle vivifiante des embruns.

Milagro signifie « miracle » en espagnol. C’est le titre de son ouvrage, car l’auteur fait le récit d’une expédition de la dernière chance. Monté à bord d’un navire de Sea Shepherd, organisation « éco-pirate » qui sillonne les mers pour en défendre les écosystèmes, il a participé à une campagne destinée à sauver des filets de braconniers le Vaquita, marsouin du Pacifique, en danger critique d’extinction. « Les causes perdues sont les seules pour lesquelles il faut se battre** », lui assène le capitaine du bateau, et c’est bien d’une bataille qu’il s’agit. Car le crime organisé mexicain s’est mis à la pêche, pour fournir au marché noir asiatique une vessie de poisson vendue à prix d’or, celle du Totoaba, ou « cocaïne des mers », et ratisse les espèces menacées sans discrimination.

Guillaume-François Mazurage fait le récit très enlevé et pédagogique des méthodes employées par les équipages de Sea Shepherd : libérer un maximum d’animaux marins, recycler les filets dérivants, s’opposer par tous les moyens aux braconniers… Son dessin chaleureux séduira particulièrement les adolescents sensibles à l’écologie, de plus en plus nombreux à se sentir concernés par l’avenir de la biodiversité, mais les adultes prendront également plaisir à lire cette BD bien fichue et pleine de peps. Qui ne fait qu’effleurer les risques réels pris par les membres de l’organisation : Paul Watson, son fondateur venu il y a quelques années à Marseille, avait lors d’une conférence évoqué sa méthode de recrutement. Une simple question posée aux personnes tentées par l’aventure : « Êtes-vous prêt à mourir pour une baleine ou une tortue marine ? »

GAËLLE CLOAREC
Juin 2020

Milagro
Guillaume-François Mazurage
Éditions Robinson, 11,95 €

* Pour ne pas dire nocif : bastamag.net/webdocs/pharmapapers/le-megabusiness-des-labos/de-fusions-en-licenciements-massifs-de-rachats-en-delocalisation-comment-sanofi-est-devenue-big-pharma/

** Citation de Clarence Darrow, avocat américain engagé contre la peine de mort.