Récital Benjamin Alexandre

Une voix sans frontières

Récital Benjamin Alexandre - Zibeline

La Mairie des 11ème et 12ème arrondissements a eu l’intelligente initiative d’inviter Benjamin Alexandre pour un récital majeur. D’un chant africain anonyme à Ennio Morricone, un beau parcours artistique : voix de tête, (Salve Regina de Pergolèse), voix de poitrine, (Amazing Grace, traditionnel irlandais), sons tenus, planants, (Ode pour l’anniversaire de la Reine Anne d’Angleterre de Haendel), souffle inépuisable (Brezairola, chant d’Auvergne de Canteloube),  prières à la Vierge, sons filés, suspendus, magiques (Dio vi salvi Regina, hymne corse, Ave maris stella). A cappella, sans artifices, du souffle le plus pur au cri le plus effrayant, registres éclatés, sopraniste, baryton, alto ! Hors des sentiers battus des concerts stéréotypés, tout est, ici, réuni dans l’audace incroyable d’émissions vocales non figées: plusieurs récitals dans un seul,  plusieurs langues : latin, italien, corse, dialecte zaïrois, turc, anglais, auvergnat, langue d’oc…, le public est médusé. Depuis l’âge de neuf ans, Benjamin Alexandre parcourt le monde avec sa hotte de cadeaux, de chants originaux : Goumbé, d’Amazonie qui rappelle à l’homme : « Si tu es un homme, n’oublie pas que c’est la femme qui t’a mis au monde ! » ou cette chanson populaire en dialecte lingala (Zaïre), Kamalondo, cri d’amour d’une mère à son fils, hommage à la nature, à la rivière essentielle : la voix est large, on ferme les yeux, on est la mère, l’enfant, la rivière adulée, Kamalondo ! Mini scènes où la voix est le vecteur de nos propres expressions, de nos joies, de nos angoisses. Du VIII ème au XX ème siècles, on se laisse transporter. Le récital se termine par Nella Fantasia d’Ennio Morricone, beau clin d’œil. La musique de films ne résume t-elle pas à elle seule les divers courants de la musique ? Merci pour tous ces messages !

YVES BERGE

Novembre 2012

 

Festival Musiq’Est

Mairie des 11ème et 12 ème arrondissements de Marseille