Retour sur l'exposition Premiers Nomades de Haute-Asie à voir au Musée de préhistoire de Quinson

Une steppe inéditeVu par Zibeline

• 22 février 2014⇒30 novembre 2014 •
Retour sur l'exposition Premiers Nomades de Haute-Asie à voir au Musée de préhistoire de Quinson  - Zibeline

Le Musée de Quinson nous offre la rencontre d’une exposition exceptionnelle, Premiers Nomades de Haute-Asie, conçue par la Mission archéologique conjointe Monaco-Mongolie du Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, placée sous de haut patronage de S.A.S. le Prince de Monaco et sous l’égide de l’UNESCO. Présentée pour la première fois en 2013 au siège de l’UNESCO à Paris, elle a été complétée et adaptée par le Musée de Quinson pour cette version 2014, dans sa scénographie et ses supports (films projetés, panneaux rétroéclairés, inclusion de cartes, de frise chronologique). Un ajout inédit rend cette manifestation encore plus incontournable, celui des énigmatiques vestiges de la civilisation Okuniev (2500 à 1300 ans av. J-.C. !) : immenses stèles gravées, figures de pierre comportant parfois trois, voire cinq yeux. La mission archéologique s’est rendue au musée à ciel ouvert de Poltakovo en République de Khakassie pour effectuer des moulages (par René David), qui permettent la circulation des œuvres, l’étude par les archéologues, la possibilité aussi de tenter des reconstitutions de couleur, d’après les pigments retrouvés. Cette statuaire peut évoquer l’île de Pâques, l’art Polynésien ou les masques du théâtre traditionnel chinois. Le jeu des interprétations est ouvert ! Aucun ouvrage en français à ce propos, seules quelques publications en russe en rendent compte et désormais grâce à cette exposition, enfin, un catalogue qui permet un point sur les recherches et les découvertes effectuées dans ces steppes si méconnues.  La mission archéologique Monaco-Mongolie mène des campagnes de fouille dans la vallée du Haut-Tamir depuis 2006 à Tsatsyn Ereg, site majeur de l’âge du bronze en Mongolie. Les peuples nomades qui parcouraient ces terres ont construit des nécropoles immenses, structurées, cercles, quadrilatères, enclos… et dressaient des pierres sculptées que l’on a baptisées pierres à cerfs, en raison des représentations étranges de cerfs au galop, dans une ascension verticale. Ces animaux sont dotés d’un bec, le caractère d’oiseau leur autorise sans doute cet envol ? Comme le cerf ne se dompte pas, et qu’il tient du végétal autant que de l’animal, par ses bois qu’il perd et qui repoussent chaque année, il semble être un intermédiaire privilégié avec les divinités. On suppose ces peuples animistes, rappelle, lors de la première conférence donnée aux débuts de l’exposition, Jérôme Magail, directeur du Musée d’anthropologie de Monaco et commissaire de l’exposition avec Sophie Marchegay, directrice du Musée de Quinson. On découvre une cosmologie passionnante. Si l’écriture n’est pas pratiquée, les représentations d’animaux, d’armes, de soleils, de lunes, forment un discours à décrypter. Que dire de la richesse, du raffinement, de la finesse des objets retrouvés dans la tombe d’Arjan, VIIe av. J-.C. ! À noter que la femme possède comme son compagnon des armes ! Une société égalitaire ? L’exposition avance dans le temps, se prolonge jusqu’à nos jours, montrant la complexité, la force d’une culture souvent déniée à ceux qui portent leur maison aux boucles de leur ceinture. L’archéologie leur rend leur histoire et nous propose d’autres voies de société.

MARYVONNE COLOMBANI
Mars 2014

Premiers Nomades de Haute-Asie
jusqu’au 30 novembre
Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon, Quinson

Photo : «Pierres à cerfs» du site archéologique Tstatsyn Ereg (Mongolie), fouillé par la Mission archéologique conjointe Monaco-Mongolie © J. J. Magail

Musée de la Préhistoire
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com