Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Ouverture de l’espace de création au Mas de Prunet : Je vous l’avais promis

Une question de regard

Ouverture de l’espace de création au Mas de Prunet : Je vous l’avais promis - Zibeline

Nous sommes chez Mathilde Brémont. Aujourd’hui elle habite à la Bulle Bleue. L’ESAT a invité le spectacle Je vous l’avais promis, avec beaucoup d’autres, pour inaugurer leur nouvel espace de création au Mas de Prunet à Montpellier.

Les 20 spectateurs s’installent à leur place. Les uns dans la chambre, les autres autour de la table de la cuisine, sur le canapé, ou sur les tabourets à côté de la table basse. Mathilde est là, assise parmi nous. Elle est lasse. La radio beugle du France bleue. Des boites de médicaments, des sacs de pharmacie sont disséminés ici et là. Des brouillons de lettres à « Papa, j’espère que tu vas bien » trainent un peu partout. Le téléphone la réveille de sa léthargie. C’est sa mère. La lumière allume son visage. Et puis non, finalement elle ne viendra pas. Une sortie en bateau l’empêche de venir rendre visite à Mathilde. « C’est pas grave », assure-t-elle. Téléphone jeté par terre, elle court hurler dans les coussins de son lit.

Pierre arrive. Comme tous les jours. Faire un peu de ménage, le lit « mais non Pierre, je suis tout de même capable de faire mon lit ! », « c’est mon travail aussi », répond l’auxiliaire de vie. Il faudra faire des courses aussi. Le frigo est presque vide. Petite routine quotidienne. Échanges anodins, badins. Mathilde et Pierre inventent une parenthèse de vie normale, où elle serait comme tout le monde, avec une mère qui viendrait la voir pour son anniversaire (« oui, oui, elle va venir »), des collègues de travail qui demandent des nouvelles, un père qui répondra à une lettre enfin écrite. Ils vont et viennent entre les deux pièces de l’appartement, sans jamais croiser le regard des spectateurs. Nous sommes transparents.

Les deux comédiens (Caroline Cano et Fred Munoz, Cie La Hurlante) occupent ce petit espace domestique saturé de public comme s’ils étaient seulement elle et lui. Nous sommes la petite souris cachée dans un trou, et assistons à un moment de pur réel.

Mathilde et Pierre sont de plus en plus fébriles. Aujourd’hui, il va se passer quelque chose. Il lui avait promis. Ils se préparent. D’abord elle, dans la chambre, pendant que lui sort le gâteau du four, occulte les fenêtres, allume les bougies. Elle s’est maquillée, elle porte une robe et des talons. Ensuite lui : il a une perruque blonde, une robe, des talons plus hauts encore. « Tu es magnifique Maman. » Et la rupture advient. Elle nous regarde, un à un, longuement, dans les yeux. Et oui, on est là, nous sommes venus pour son anniversaire. Il y a son compagnon, qu’elle n’a pas vu depuis des années, sa mère, donc, sa cousine, sa tante… Des amies du travail aussi : « venez !,  sortez de votre cachette ! », dit Pierre/Maman aux spectateurs assis dans la chambre. Ils s’avancent donc dans la cuisine, Mathilde est si heureuse que ça en fait mal. Tous, nous sommes devenus quelqu’un tout d’un coup. Depuis qu’elle nous voit, la réalité a basculé dans un jeu qui flirte avec la folie. On va boire une coupe de champagne, on va danser, on fera tout pour que Mathilde continue d’y croire, pris dans cette magnifique mise en scène du théâtre de la vie. Et quand il faudra partir, « parce qu’on savait bien que ça finirait, tout ça », c’est nous qui serons les plus tristes.

ANNA ZISMAN
Octobre 2017

Je vous l’avais promis a été joué les 23 & 24 septembre lors des journées d’ouverture du Mas de Prunet à l’ESAT La Bulle bleue, Montpellier

Photograhie : Cie La Hurlante © Pancho