Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Les Icônes américaines de la Collection Fisher au musée Granet d'Aix-en-Provence jusqu'au 18 octobre

Une peinture américaine, deux visions parallèles

• 11 juillet 2015⇒18 octobre 2015 •
Les Icônes américaines de la Collection Fisher au musée Granet d'Aix-en-Provence jusqu'au 18 octobre - Zibeline

Après le Grand Palais à Paris, la Collection Fisher fait sa dernière escale européenne à Aix-en-Provence. «Une ultime occasion de voir quelques grands noms de l’art américain issus du San Francisco Museum of Modern Art1» se réjouit son directeur Bruno Ely, rappelant que le musée Granet privilégie depuis plusieurs années l’axe collections-collectionneurs2. Sans oublier d’égratigner à mots couverts l’Hôtel de Caumont tout proche, propriété d’Espaceculture, récemment inauguré avec l’exposition Canaletto : «Au-delà des chefs-d’œuvre, nous invitons le public à la découverte car c’est le rôle de notre service public»…

Au musée Granet donc, la peinture américaine affiche sa monumentalité et sa diversité, tous mouvements confondus : de l’abstraction naissante aux arts minimal et conceptuel, en passant par l’incontournable pop art. Le chassé-croisé entre la collection de Doris et Donald Fisher, fondateurs des magasins Gap, et les collections permanentes du SFOMA se fait au travers de quatorze icônes planétaires et une sélection de quarante-trois œuvres : Andy Warhol et ses modèles superstars, Alexander Calder qui joue les équilibristes dans l’escalier d’honneur, Roy Lichtenstein jamais à court d’images choc ou Sol LeWitt qui se fait discret avec sa Wall Grid blanche sur cimaise blanche. Le plus audacieux dans cet accrochage classique n’est pas l’avalanche de noms emblématiques connus du grand public mais, au contraire, le choix d’artistes plus «confidentiels». En faisant acte de pédagogie, le musée Granet décuple la curiosité du public et l’entraîne vers des territoires moins familiers comme les vibrations infinies d’Agnes Martin, les pièces minimalistes de Dan Flavin, Donald Judd et Carl Andre habilement rassemblées, les paysages mentaux calligraphiés par Brice Marden ou la palette de rouges et de roses de Philip Guston, l’un des rares plasticiens à véhiculer un discours politique à l’époque de la guerre du Vietnam et des violences racistes. Dans ce parcours haut de gamme, l’espace offert au portraitiste Chuck Close n’est pas usurpée qui, bien avant l’heure, excellait dans la peinture pixellisée. Ses immenses portraits d’Agnes Martin et Roy Lichtenstein (259,4 x 213,4 cm) montrent à quel point un lien d’amitié unissait sa génération. Entre Warhol qui ouvre le bal et Cy Twombly qui clôt le voyage, on traverse à vive allure l’Amérique des années 60 au début du XXIe siècle.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juillet 2015

1 collection Jean Planque déposée pour 15 ans, collection Burda en 2012, collection Pearlman en 2014
2 le SFOMA ré-ouvrira ses portes en 2016 après trois ans de travaux d’agrandissement et de transformation

À voir
Icônes américaines, chefs-d’œuvre du San Francisco Museum of Modern Art et de la Collection Fisher
jusqu’au 18 octobre
Musée Granet, Aix-en-Provence

À lire
Icônes américaines
Textes de Gary Garrels, Caitlin Haskell, Rachel Jans, Rachel Federman, Sarah Roberts, Neal Benezra (entretien avec Doris et Donald Fisher)
coédition RMN-Grand Palais, musée Granet, CPA, 35 euros

photo : Exposition Icônes américaines, musée Granet, Aix-en-Provence, 2015, salle consacrée aux portraits de Chuck Close © Jean-Claude Carbonne


Musée Granet
Place Saint Jean de Malte
13100 Aix-en-Provence
04 42 52 88 32
http://www.museegranet-aixenprovence.fr/