Une Saison du dessin : trois expositions renouvellent cet art sur le territoire Marseille-Provence

Une nouvelle Saison du dessinVu par Zibeline

• 29 août 2015⇒31 octobre 2015 •
Une Saison du dessin : trois expositions renouvellent cet art sur le territoire Marseille-Provence  - Zibeline

Paréidolie entraine dans son sillage une Saison du dessin à laquelle participent galeries et lieux du réseau Marseille-Expos et du territoire Marseille-Provence. À elles seules, trois propositions témoignent de l’éternel renouvellement d’un medium considéré il y a peu comme obsolète, voire même ringard ! La sélection opérée par Gérard Traquandi dans les collections des musées de Marseille dément avec force l’absurdité de cette posture. Des sanguines sur papier de Fragonard (Les cascatelles de Tivoli) aux mines de plomb de Bob Wilson (Medea, acte I, II, III), Gérard Traquandi est un ardent défenseur du dessin : «Je ne crois pas à la rupture en art et l’art du dessin, à cause de sa technologie, en est la preuve car ce sont les mêmes outils qui racontent la même lumière».

Wendy-Vachal,-exposition-À-Mi-chemin-#2,-galerie-HLM,-Marseille,-2015-©-X.D-RC’est une autre lumière qui habite les pièces de Wendy Vachal réunies à mi-parcours de sa résidence dans le quartier de La Castellane, à la rencontre des habitants ; une myriade d’éclats nés de son «envie de montrer que l’on est interdépendants». Portraits dessinés sur feuilles PVC, portraits mis en boite à l’infini ou bande sonore de voix superposées, la jeune artiste aime brouiller les visages en évidant ou en superposant les formes, en disloquant les traits comme un puzzle. Sa manière d’interroger l’identité et de marteler «la simplicité de la relation humaine».

Avec Lionel Sabatté, le dessin se dématérialise. Hier, à la galerie Porte-Avion, ses Loups de poussière cohabitaient avec les œuvres de Katia Bourdarel ; aujourd’hui son dessin emprunte à l’oiseau sa fragilité. Peint sur la toile, tressé en cheveux ou dessiné en métal liquide oxydé, son bestiaire fantastique est un «hommage aux premières créatures de la vie». Dans son Échafaudage introspectif, une fois le béton pris sur le papier, le dessin au crayon transforme le relief. Toute son œuvre se concentre-là, dans ce combat entre le dessin et la réalité du monde.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Septembre 2015

Le présupposé du blanc
De Pontormo à Bruce Nauman
jusqu’au 31 octobre
Palais Longchamp, aile gauche, Marseille 3e

Wendy Vachal
À mi-chemin #2
jusqu’au 26 septembre
Galerie HLM, Marseille 2e
www.hydrib-platform.com 

Lionel Sabatté
Échafaudages du quotidien
jusqu’au 10 octobre
Galerie Porte-Avion, Marseille 4e
www.galerieporteavion.org

Photos : Lionel Sabatté dans l’espace de son exposition à la Galerie Porte Avion, Marseille, 2015 © X.D-R
Wendy Vachal, exposition À Mi-chemin #2, galerie HLM, Marseille, 2015 © X.D-R