Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

L'« Affaire Viguier » selon Antoine Raimbault

Une intime conviction

L'« Affaire Viguier » selon Antoine Raimbault - Zibeline

Le premier film d’Antoine Raimbault est le fruit d’une obsession : celle du cinéaste pour la célèbre « Affaire Viguier », qui a vu juger deux fois Jacques Viguier pour le meurtre de sa femme, encore portée disparue à ce jour. Cette recherche assidue de la vérité dans les moindres recoins des faits et des suppositions est de toute évidence une matière cinématographique inépuisable. Elle ne peut alors que se voir mise à mal quand la justice rappelle son bon droit à exclure toute imagination d’un verdict, et tout jugement d’un procès.

Une intime conviction se situe en permanence sur cette tension, qu’elle exacerbe et dont elle fait sa raison d’être. Marina Foïs incarne la part fictive de l’affaire : elle est plus que convaincante en jurée du premier procès, certaine de l’innocence de l’accusé et de plus en plus convaincue de la culpabilité d’un des témoins. Elle épluche les conversations de chacun d’eux, mis sous écoute, et découvre non sans vertige les rouages d’une vaste machination. Ou comment plusieurs proches de la victime, persuadés de la culpabilité de Viguier malgré une remarquable absence de preuve, ont pu échafauder une série de faux témoignages et autres suppositions pour le faire inculper.

Face à elle, Olivier Gourmet incarne Eric Dupond-Moretti, le défenseur aguerri et sentencieux de la présomption d’innocence, qui n’est pas non plus dépourvu d’ambiguïté. Son goût du sang n’a d’égal qu’un désir de pureté et de cloisonnement qui ne semble jamais réellement en adéquation avec le monde dans lequel il évolue. Sa scène de plaidoirie, très belle, a pourtant quelque chose d’inquiétant dans son désir de désamorcer tout ce qui a eu lieu jusqu’alors. Entre les deux camps, Raimbault semble avoir choisi : c’est presque dommage.

SUZANNE CANESSA
Février 2019

Une intime conviction, de Antoine Raimbault, est sorti le 6 février (1h50)

Photo : Une intime conviction © Severine Brigeot