Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

"Jamais seul" une fresque poético-sociale à Châteauvallon

Une grande leçon de vie

• 1 mars 2019⇒2 mars 2019 •

Et si les délaissés ne se sentaient plus jamais seuls ? Patrick Pineau invite au plateau quinze comédiens pour interpréter la pièce Jamais seul écrite à sa demande par Mohamed Rouabhi. Une fresque poético-sociale menée de main de maître par la troupe qui endosse avec justesse pas moins de quarante personnages issus des classes populaires et espérant « sauver quelques miettes de bonheur ». Sur le principe de tableaux faisant se croiser et s’entrecroiser les marginaux, les SDF, les âmes solitaires et tous les oubliés de la terre, le metteur en scène démarre très fort avec une réunion rappelant la Cène : « Bonsoir, je m’appelle Patrick », « Bonsoir Patrick ! » lui répondent en chœur les anonymes assis côte à côte sur des chaises en plastique. La suite sera du même cru, d’une réalité à peine boursouflée : une dispute conjugale lambda, la peur et le racisme vis-à-vis des étrangers, une histoire d’amour platonique entre un senior et une jeunette à l’esprit enflammé, une scène de fouille aux portes d’un supermarché, la brutalité de toxicos, l’apparition d’un médium illuminé, etc. Sans boulot, sans mari ou femme, sans ami, sans avenir, ils sont tous au bout du rouleau et, pourtant, malgré le spleen recouvrant d’un brouillard épais leurs vies, la langue de Mohamed Rouabhi évite la paralysie du spectateur par sa vivacité, sa chaleur et sa drôlerie. Au contraire, elle l’entraîne dans un mouvement de vie permanent ! Et si le rythme de la pièce se relâche parfois durant les trois heures trente de représentation, son humanisme sincère est viral. Pas une seule des saynètes ne respirent l’hypocrisie, les bons sentiments dégoulinants, la tromperie, tant elles racontent les bons comme les mauvais sentiments, l’hospitalité comme l’inimitié, l’amour comme les coups de gueule. Elles n’épargnent rien ni personne. C’est au cœur de cette plaque tournante où l’humanité erre à la dérive que, Colette, l’épouse rebelle, a peut-être le dernier mot : « le monde est bruyant, sale, mais il est beau ».

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2019

Jamais seul a été joué les 1er et 2 mars à Châteauvallon – scène nationale, Ollioules

Photo: Jamais Seul c Eric Miranda


Châteauvallon – Scène nationale
795, chemin de Châteauvallon
BP 118
83192 Ollioules cedex
04 94 22 02 02
www.chateauvallon.com