Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Their Eyes Were Watching God : Mais leurs yeux dardaient sur Dieu de Zora Neale Hurston

Une femme noire

Their Eyes Were Watching God : Mais leurs yeux dardaient sur Dieu de Zora Neale Hurston  - Zibeline

Tel était le titre choisi lors de la première publication en français du roman de Zora Neale Hurston, paru aux Etats-Unis en 1937. Les éditions Zulma ont l’excellente idée de rééditer aujourd’hui ce texte magnifique et percutant d’une anthropologue et écrivaine afro-américaine trop peu connue en Europe. Elles le font sous un titre proche de l’originel Their Eyes Were Watching God : Mais leurs yeux dardaient sur Dieu. D’emblée, un ton, une atmosphère. Et une attente que le récit ne décevra pas. Voici donc l’histoire d’une femme noire, qui s’en revient « d’enterrer les morts. Pas les morts malades et agonisants entourés d’amis à leur chevet et leurs pieds. Elle revenait des boursouflés et des détrempés ; les morts soudains, aux yeux grands ouverts, rendant jugement. » Cette femme de retour dans sa bourgade de Floride après avoir côtoyé l’enfer dans les Everglades, c’est Janie. Une « vieille qu’a passé quarante avec ses cheveux qui swinguent dans son dos comme une jeunette », voilà ce qu’on murmure sur son passage…. Tout en lorgnant ses formes, que sa salopette crasseuse souligne. Tout en lui enviant sa force. Car elle, elle a osé tout quitter pour partir avec ce jeunot de Tea Cake qui lui « a donné toute la consolation qu’on peut trouver dans ce monde. » Ce parcours peu banal vers l’émancipation et le bonheur, elle le raconte à son amie Pheoby au soir de son retour. En un long flashback dont on regrette de voir arriver la fin. Car, outre l’intérêt de tout ce que vit et ressent Janie, de ses choix courageux, de ses vies successives, c’est la magie de la langue qui porte ce roman. La remarquable traduction de Sika Fakambi rend aux nombreux récits et dialogues la saveur de cette langue particulière, émaillée de « Loawd », de « broda » et de « gal », d’expressions familières, de contractions, d’images saisissantes aussi. On a l’impression de plonger dans la langue américaine mâtinée de créole, telle qu’on la parle alors dans le Vieux Sud lorsqu’on est, comme Janie, de ces gens qui aiment à faire de leur vie une belle histoire à raconter. Inoubliable !

FRED ROBERT
Octobre 2018

 

Zora Neale Hurston Mais leurs yeux dardaient sur Dieu traduit de l’américain par Sika Fakambi

éditions Zulma 22,50 €