Les éditions Liana Levi publient Une saison douce, nouveau roman de Milena Agus

Une fable réconfortanteLu par Zibeline

Les éditions Liana Levi publient Une saison douce, nouveau roman de Milena Agus - Zibeline

Le dernier roman de Milena Agus pose de façon romancée le problème des migrants arrivés par bateau en Sardaigne. Imaginez un petit village de bicoques, gravitant autour d’une demeure cossue, oublié de tous, même du train qui ne s’y arrête plus, et des jeunes qui sont allés se marier, s’installer et trouver du travail bien plus loin. Restent de nombreuses veuves et des couples d’âge moyen qui ont délaissé l’agriculture et l’élevage. L’arrivée de ce qu’ils appellent « les envahisseurs » va bouleverser leur ordinaire : un groupe de gens essentiellement noirs, et quelques blancs. Des migrants et des humanitaires. L’événement est de taille : ces migrants sont affectés dans une vielle bâtisse au toit percé, sans eau ni électricité, surnommée La Ruine. Certaines femmes se montrent solidaires et apportent vêtements et couvertures. Peu à peu la confiance s’installe, la vie s’organise. Certes les migrants ne trouvent pas là l’Europe promise avec son confort et ses magasins illuminés, mais ils s’adaptent, tandis que les femmes s’enhardissent jusqu’à faire rétablir les commodités et convaincre leurs maris d’aider à la réalisation d’un jardin partagé. La présence des migrants redynamise le village même si des grincheux refusent de participer. L’auteure réalise des portraits cocasses et disparates de cette population et semble s’amuser beaucoup à ces confrontations, accentuant les contrastes, imaginant des conversations entre catholiques, évangélistes et musulmans ; mais aussi en confrontant recettes culinaires sardes et syriennes et en s’interrogeant sur les orientations sexuelles des uns et des autres ! Le village retrouve même le désir de fêter Noël : les armoires se vident de leurs nappes brodées, les cristaux étincellent, le menu est soigné. La vie renaît vraiment malgré l’absence des enfants. On se plait à imaginer que la fable devienne réalité, que davantage de migrants trouvent leur place chez nous, que la solidarité se fasse plus généreuse.

CHRIS BOURGUE
Mars 2021

Une saison douce
Milena Agus, traduit de l’italien par Marianne Faurobert
Liana Levi, 16 €