Lançon-Provence : quand la musique de chambre côtoie chèvres et poules !

Une étonnante expérience !Spectacle partenaireVu par Zibeline

• 20 juillet 2014, 26 juillet 2014 •
Lançon-Provence : quand la musique de chambre côtoie chèvres et poules ! - Zibeline

Quelle étrange aventure de concert on vit à la Chèvrerie Honnoré ! C’est qu’au cœur de cette ferme de Lançon-Provence a grandi une jeune pousse douée pour la musique. Le petit Jérémie s’est planté dans une cabane de tôle, entre poules et les chèvres, pour y allonger ses gammes à longueur de clavier. Devenu grand, et virtuose à l’instrument, il imagine un festival pour le moins original, puisqu’il fait côtoyer la plus exquise des musiques de chambre aux bêlements des bêtes, caquètements des volailles… Celles-ci, en effet, continuent de vivre leur train-train, dans l’odorante grange mitoyenne, ouverte à côté du public. Et ma foi on s’y fait ! Même lorsqu’un bovidé claque des cornes arquées au dessus de sa mangeoire, manifestant-là, on l’imagine, quelque réticence aux rythmes asymétriques de pièces Bucoliques pour alto et violoncelle de Lutoslawski.

Paradoxalement, le silence se fait lorsque François Charpentier (clarinette), Sarah Sultan (violoncelle) et Pierre-Kaloyan Atanassov (piano) abordent un opus moderne de Lionel Ginoux (né en 1978), compositeur invité du festival 2014. Dès l’accord volontairement perturbé par un alliage de faux unisson, biquette se fige à l’écoute de la matière sonore rebondie, ses notes polaires itératives, ses trilles, gamme par ton, effet de sonorités « col legno » (avec le bois de l’archet), sa structure en crescendo suivie d’une espèce de berceuse autour d’un matériau harmonique minimal : dans Complexe, opus de toute jeunesse composé il y a une dizaine d’années, on envisage déjà la richesse d’un langage à venir !

En seconde partie, on jouit (en compagnie d’une poule manifestement mélomane !) d’un beau moment de grâce et d’intensité avec l’exécution d’un somptueux Quatuor pour piano et cordes affirmant le grand romantisme d’Ernest Chausson (1855-1899). La lumière des projecteurs illuminant enfin le plateau (il faut dire qu’un violent orage a fait sauter le courant, le 20 juillet, dans la campagne alentour), Samika Honda (violon), Sylvain Durantel (alto), Julien Lazignac (violoncelle) et Emmanuel Christien (piano) livrent une magnifique interprétation, inspirée et lyrique, d’un compositeur français dont l’œuvre est plutôt modeste (en quantité), mais particulièrement riche (en qualité).

JACQUES FRESCHEL

Juillet 2014

Le 7ème festival Musique à la Ferme s’achève le 26 juillet à 21h avec Saint-Saëns, Poulenc, Mozart et Schubert.

Lançon-Provence

www.musiquealaferme.com

04 90 42 74 76

Photo J.F