Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

"Les choses comme elles sont" de Claudine Galea aux éditions Verticales

Une enfance à Marseille

• 6 février 2019 •

La photo, discrète comme toujours sur les couvertures des éditions Verticales, le dit avant les mots. Le port industriel, les digues, Fos-sur-Mer, ce qui est raconté là s’ancre dans notre paysage régional, mais loin de son folklore, dans ses confins, aux Camoins. Dans l’histoire d’une petite fille solitaire prise entre deux parents impossibles, deux exils et deux rancœurs, écartelée entre Pieds-noirs et communistes au moment où la classe ouvrière se divise, apaisée par les mots des livres et ceux des chansons populaires. Un récit qui prend des tonalités dramatiques, poursuit l’adolescente sous la coupe de sa mère folle de douleur, de frustration, de méchanceté, d’exigence.

Autobiographique, le roman l’est sûrement, malgré les jolies entorses au pacte, le personnage qui n’est pas nommé et décrit à la troisième personne : cette Petite, ces parents, ces lieux, ces sentiments, sont ceux de l’auteure enfant, puis adolescente ; et les rêves de la fin sont tous les possibles que Claudine Galea a vécu ou arpenté en songe. D’ailleurs elle y vient, au « je », parfois, passant par le « tu », instaurant un dialogue avec elle-même, quand les sentiments liés au souvenir sont enfouis, ambigus ou inavouables.

Des morceaux de textes différents viennent interrompre et émailler le récit chronologique : l’histoire de la mère éclaire les motifs de sa méchanceté par ceux de l’Histoire, une petite lettre lui pardonne, des traces épistolaires expliquent l’impossible couple, les dialogues s’insèrent en direct et brouillent la linéarité du récit. Mais l’essentiel du roman est fondé sur quelques scènes, très dramatiques, centrées chacune sur un point nodal, comme le sont les souvenirs, les instants qui nous ont donné conscience de nous-mêmes et sont restés vivants. Une semelle blanche, un plafond peint en bleu, un bébé lièvre, une blouse, la beauté soudaine de la mer, les oiseaux du grand-père, un garçon dans un cinéma, un jean volé au supermarché. Autant d’échappées, violentes, qui construisent à la fin le chemin d’une liberté possible.

Agnès Freschel
Janvier 2019

Les choses comme elles sont
Claudine Galea
Verticales, 19,50 €

L’auteure sera présente à Marseille le 6 février pour une lecture, en compagnie de Gaëlle Obiégly, également publiée aux éditions Verticales, dans le cadre des Mercredis de Montévidéo.


Montévidéo
3 Impasse Montévidéo
13006 Marseille
04 91 37 97 35
http://www.montevideo-marseille.com/