Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Les petites sirènes, nouvelle création de la compagnie Vol Plané

Une âme immortelle

Les petites sirènes, nouvelle création de la compagnie Vol Plané - Zibeline

La petite sirène, c’est la quête d’une âme immortelle. Les sirènes vivent certes 300 ans, mais ne possèdent pas ce privilège des humains. La petite sirène la désire plus que tout : comme toujours chez Andersen il est question des transformations du corps et des injustices de la fortune. Objet d’une quête spirituelle, l’âme immortelle se gagne par les sacrifices et les bonnes actions : comme toujours chez Andersen l’émancipation échouera tragiquement. Nous sommes bien loin de l’appauvrissement symbolique de Walt Disney, et il faut rendre grâce à Alexis Moati d’avoir su restituer ses perspectives métaphoriques au conte.

Il fait porter la parole par trois jeunes filles, fines, aériennes comme la petite sirène, qui endossent tous les rôles. Une évolution des points de vue orchestre la progression, du simple lecteur de l’histoire, à celui qui se souvient et rapporte les faits, enfin à la prise de possession du personnage par l’emploi de la première personne. Le décor est original et symbolique : le sol est jonché de vêtements et çà et là, d’énormes aquariums reçoivent des gouttes d’eau qui tombent des cintres… nous sommes au fond de l’océan où «l’eau est bleue comme les feuilles des bleuets», entre le livre et le jeu, le désir de grandir, les enthousiasmes adolescents, la vivacité douloureuse d’une danse où les pieds souffrent. Douleur consentie pour une ascension qui traverse les trois éléments, l’eau, la terre, l’air. Par son sacrifice, la petite sirène devient une fille de l’air et pourra par un long cheminement obtenir enfin une âme. Car Moati ne peut se résoudre à punir les désirs de sa sirène, et nous fait croire, finalement, que «les êtres humains sont nés de ses rêves»…

MARYVONNE COLOMBANI
Mars 2013

Les petites sirènes, nouvelle création de la compagnie Vol Plané a été joué les 7 et 8 mars Théâtre Durance, Château-Arnoux


Théâtre Durance
Avenue des Lauzières
04160 Château-Arnoux-Saint-Auban
04 92 64 27 34
http://www.theatredurance.fr/