Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le dernier hiver de Barberousse, un roman haletant de Véronique Autheman et Raymond Vinciguerra

Une alliance étonnante !

Le dernier hiver de Barberousse, un roman haletant de Véronique Autheman et Raymond Vinciguerra - Zibeline

Qui se souvient encore de l’occupation de la ville de Toulon par Barberousse et ses corsaires l’hiver 1543-1544 ? Quelles en furent les raisons ? Pas du fait d’une excursion barbaresque comme les côtes de la Méditerranée en subissaient alors régulièrement, avec leur lot de morts, de destructions et de déportations en esclavage, mais par la volonté de François 1er ! Au cours de sa lutte contre l’empereur Charles Quint, ce roi de la Renaissance, ami des arts, sollicita l’aide du sultan Soliman II Le Magnifique dans le but de contrecarrer les ambitions italiennes de son rival (ce dernier l’avait d’ailleurs fait prisonnier à Pavie en 1525, échec cuisant à venger.). Utiliser la flotte considérable du Turc, prendre Nice (rattachée alors au duché de Savoie, allié de Charles Quint), fut envisagé pour attaquer de nouveau l’Italie… Toulon fut mise à disposition des corsaires pour l’hivernage… Cet épisode peu connu est le cadre du roman historique concocté avec une plume alerte par l’historienne Véronique Autheman et le metteur en scène et dramaturge Raymond Vinciguerra, Le dernier hiver de Barberousse. Convergent ici de multiples destins, mêlant personnages historiques et de fiction. On croise François 1er, Montmorency, Benvenuto Cellini, Barberousse – le grand Ker ed Din, grand amiral de la flotte de l’illustre sultan Soliman le Magnifique… On découvre à travers les parcours complexes des protagonistes l’Italie de la Renaissance, la peinture, l’art de la vigne, de la chasse, du corail, de la cuisine… une société renaît, grouillante de vie, scandée par les rivalités, les histoires de cœur, les vengeances, les dettes d’honneur, mais aussi les guerres… L’ouvrage remarquablement documenté et précis n’est pourtant jamais lourd et les quelques cinq cents pages se dégustent comme un petit pain au chocolat. Un roman de cape et d’épée remarquablement enlevé et réjouissant.

MARYVONNE COLOMBANI
Mai 2017

Le dernier hiver de Barberousse, Véronique Autheman, Raymond Vinciguerra
éditions Jean-Marie Desbois, 19.90 €