Vu par Zibeline

Retour sur l'opéra Le Vaisseau Fantôme donné lors des Chorégies d'Orange

Un Vaisseau de légende !

• 12 juillet 2013, 12 juillet 2013 •
Retour sur l'opéra  Le Vaisseau Fantôme donné lors des Chorégies d'Orange - Zibeline

Cet opéra où le Leitmotiv est roi permet une palette incroyablement de timbres. L’Orchestre Philarmonique de Radio France est au sommet. La direction de Mikko Franck est exaltée, précise, poétique : quelle Ouverture ! Egils Silins, immense redingote, pantalon, gilet satinés, campe un Hollandais envoûtant, baryton élégant, puissant. Stephen Milling, Daland imposant : quelle longueur de voix ! Steve Davislim, Steuermann lumineux, Endrik Wottrich, Erik fougueux, généreux. Marie-Ange Todorovitch (Mary) prouve qu’elle est toujours une merveilleuse comédienne : elle est une nourrice émouvante à la voix chaude. On avait découvert l’extraordinaire Isolde d’Ann Petersen : elle est une Senta sensible, expressive aux aigus solaires. Charles Roubaud alterne les tableaux statiques et plus agités avec un art de l’espace intelligent : superbe chœur des matelots (Steurmann, lass die Wart !) avec reprise dansée, le Hollandais sur le mât à la hauteur de la statue d’Auguste est à couper le souffle ! Les lumières de Jacques Rouveyrollis rendent l’ensemble magique : incrustation du Vaisseau dans le mur, maison de pêcheurs, murs en briques. Les costumes de Katia Duflot sont sublimes : matelots en bottes, bérets, cirés noirs, fileuses en tons clairs. Toute la vie du compositeur défile devant nous : tumultes, passions, voyages, rédemption, poésie. Comme Senta, rejoignant dans les flots le Hollandais, («je suis à toi jusque dans la mort»), on est engloutis dans la magie de l’univers wagnérien. Un Vaisseau Fantôme appelé à voyager… loin.

YVES BERGÉ

juillet 2013

Le Vaisseau Fantôme a été donné le 12 juillet lors des Chorégies d’Orange

Photo : c Philippe Gromelle Orange