Ceux qui restent, coup de maître orchestré par David Lescot pour la Biennale des Ecritures du Réel

Un témoignage et un beau moment de théâtreVu par Zibeline

Ceux qui restent, coup de maître orchestré par David Lescot pour la Biennale des Ecritures du Réel - Zibeline

Ceux qui restent est un coup de maître orchestré par David Lescot : il a posé les questions, disposé les deux chaises, dirigé les acteurs, talentueux –Antoine Mathieu et Marie Desgranges– qui font revivre l’insurrection du Ghetto de Varsovie et l’après-guerre en interprétant au sens plein du terme le témoignage de deux survivants, Paul Felenbok et Wlodka Blit-Roberston, enfants en 1943. Personne ne peut sortir de la salle indifférent : Ceux qui restent frappe là où ça fait mal, nous bouleverse. Malgré ou plutôt grâce à une mise en scène extrêmement minimaliste (les deux acteurs assis en léger décalage alternent les rôles du questionneur et du questionné avec pour seuls accessoires une paire de lunettes ou une écharpe) la « pièce » vous transporte au fin fond du Ghetto, au plus profond d’une époque de troubles et vous fait sentir concrètement sa complexe cruauté. Tranquillement les récits se croisent en se cherchant « ah là, j’ai un couac de mémoire » « il me semble » « je sais pas » et la douleur, la souffrance intime côtoient sans aucun pathos la légèreté de petits détails qui fonctionnent comme des signes de vie « les passeurs ne travaillent pas le dimanche ». Les deux personnages ne se regardent jamais, chacun dans son espace-temps, et parfois s’évoquent l’un l’autre (ils sont cousins) ; l’émotion sous-jacente contenue en permanence est peut-être le véritable moteur dramatique de ce dialogue construit sur une réalité du passé dont les formes connues sont ici remplies de l’intensité du présent de la scène ; les mots –et c’est la magie de ce « naturel » habité- s’écoulent dans une constante fluidité et portent tous une interrogation d’urgence sur le sens de la vie . Ce qui reste alors c’est que c’est beau comme du Tchekhov et que Pavel et Wlodka vont survivre encore très très longtemps !

GUILLAUME CRISTIANI (stagiaire) et MARIE JO DHO
Mars 2016

Ceux qui restent conçu et mis en scène par David Lescot a été présenté au théâtre de l’Odéon dans le cadre de la 3e Biennale des Ecritures du Réel