Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Plongée dans le Jugendstil avec la nouvelle création de Christian Ubl

Un STIL de rupture

Plongée dans le Jugendstil avec la nouvelle création de Christian Ubl - Zibeline

Avec sa nouvelle création, STIL, le chorégraphe Christian Ubl explore le mouvement artistique né à la fin du XIXème siècle le Jugendstil, initié par les deux peintres Gustav Klimt et Egon Schiele, pères de la sécession viennoise, transcrivant dans la danse, tableaux et lumières, entre élégance brillante de l’un et crudité sans fard de l’autre. Magie pure de l’incipit de la pièce avec une harpe (Hélène Breschand) aux variations délicates et les évolutions drapées d’ors des danseurs, oiseaux du plus pur style « art nouveau » nimbés des subtiles lumières de Jean-Bastien Nehr. La pièce peut être considérée comme une rétrospective et un hommage à toute une époque : on déchiffre au fil des micro-saynètes, diverses influences, ici, les voiles d’une Loïe Fuller, puis la danse néo-antique copiée sur le modèle des vases grecs par Isadora Duncan, tandis que la harpe prend des accents proches de l’hymne à Apollon, là, ce sont des tableaux d’Egon Schiele, Le baiser de deux femmes, ou des mouvements d’ensemble où la mécanique des corps, affranchis de toute retenue, évoque des transes qui malgré leur violence ne trouvent pas d’harmonie ou d’apaisement. Interrogation sur les limites de ce que peut dire le geste lorsqu’aucune transcendance ne l’habite, sur la liberté, l’exploration de ce qu’est la représentation, de la crudité, de sa cruauté. La harpiste devient une furie des Enfers, soutenue par son complice Fabrice Cattalano, aux côtés des danseurs (Marianne Descamps, Bastien Lefèvre, Joakim Lorca, Marion Peuta, Anne-Emmanuelle Deroo, Séverine Bauvais et Martin Mauriès) qui scandent comme de sauvages incantations des poèmes d’Egon Schiele. La danse finale légère, exempte d’entraves matérielles, esquisse sans doute une réponse. Cacher ou montrer ne se réduit pas à porter un vêtement ou pas, et l’art de Christian Ubl, dans cette pièce baroque, rappelle l’importance de la rupture artistique et sociétale des débuts du XXème siècle, qui en remettant en cause les codes de la représentation ont permis une nouvelle appréhension de l’humain, et un nouvel angle de lecture du monde.

MARYVONNE COLOMBANI
Mars 2017

STIL a été donné au Pavillon Noir les 3 et 4 marsChristian Ubl

Photographies © JEAN BARAK


Pavillon Noir / Ballet Preljocaj
530 avenue Mozart
13627 Aix-en-Provence
08 11 02 01 11
http://www.preljocaj.org/