Vu par Zibeline

Retour sur Lang Lang, qui s'est produit lors des Chorégies d'Orange

Un showman subtil

• 11 juillet 2013 •
Retour sur Lang Lang, qui s'est produit lors des Chorégies d'Orange - Zibeline

Entrée bras levés, comme un triomphe annoncé, saluts de tous côtés, Lang Lang prend le temps d’arriver au piano, de scruter ses fans. Connu et reconnu comme un technicien hors pair, très médiatisé, le virtuose maîtrise parfaitement le monde de la publicité et des nouvelles technologies (des marques de luxe s’arrachent son image). On attendait avec intérêt le prodige dans l’univers classique et galant de Mozart : trois Sonates, loin des démonstrations époustouflantes que l’on connaît du pianiste chinois ; il s’efface devant la ligne, l’écriture, se fait discret et poétique : l’Andante de la Sonate en Sol Majeur est comme une caresse, d’une grâce inouïe. Allegro et Presto (Sonates 4 et 8) sont d’une justesse métronomique diabolique, même s’il se laisse aller à des ralentis hors style, tel rubato plus proche du romantisme naissant. Mais l’Andante cantabile de la Sonate en la mineur ne pointe t-il déjà vers Schubert ? Entrée en matière idéale pour un plat de résistance exceptionnel : les quatre Ballades de Chopin. Toute la palette y passe : octaves puissantes, envolées gigantesques, balancement si nuancé de la 2e, thème lancinant en rondo de la 4e en fa mineur, valse triste à 6/8 tout en retenue, miroir idéal de la sonate en la mineur de Mozart. Public debout, triomphe. Bis décapants (Valses, Nocturnes de Chopin et une Campanella de Liszt à couper le souffle). La sortie est comme l’entrée : saluts démonstratifs d’un artiste complet, volcanique et touchant.

YVES BERGÉ

Juillet 2013

Lang Lang s’est produit le 11 juillet lors des Chorégies d’Orange

Photo : Lang Lang c X-D.R