Vu par Zibeline

Agnès Régolo revisite Ubu Roi au Chien qui Fume

Un régal signé Régolo

• 5 juillet 2019⇒28 juillet 2019 •
Agnès Régolo revisite Ubu Roi au Chien qui Fume - Zibeline

Agnès Régolo crée un Ubu Roi dopé d’énergie, de liberté et d’actualité. Qui va beaucoup tourner en région… ne le ratez pas !

Il y a dans l’histoire des arts des OVNI incompréhensibles. Ubu Roi, incontestablement, en est un. La pièce écrite en 1896 par un lycéen de 17 ans possède une prémonition historique, une liberté d’écriture, une inventivité de langue proprement hallucinantes. Comment Alfred Jarry a-t-il pu, au moment même où Edmond Rostand écrivait encore des drames romantiques en alexandrins, aller au-delà de ce que le dadaïsme, le surréalisme ou l’absurde feront bien des années plus tard ? Il fait débuter son pastiche de Macbeth par un Merdre !, invente la pompe à phynances, et surtout préfigure les dictateurs modernes, les couards assassins de masse qui se sont succédé au XXe siècle sur tous les continents…

La mise en scène d’Agnès Régolo dépasse paradoxalement la monstruosité de cette œuvre tout à la fois potache et révolutionnaire en ne figurant pas la difformité des personnages. Pas de gros ventre, d’outrance, de maquillages ou de postiches : le Père et la Mère Ubu, aux corpulences ordinaires, nous rappellent d’autres monstres, pas ceux de nos contes et de nos cauchemars, pas les trolls des forêts nordiques, mais ceux que l’on voit sur nos écrans, avides d’argent et de pouvoir, projetant d’affamer le peuple et d’éliminer simplement ceux qui les gênent. À la trappe, disent-ils du haut de leur blondeur et de leur banalité ! Ce sont le rythme, les solos de batterie, les sons électriques, la course, les défilés et les hakas féroces, qui installent une fuite constante vers une barbarie ancrée dans notre temps par de discrètes allusions à nos tyrans contemporains.

Les comédiens tiennent le rythme effréné, rauque, rock, physique, constamment soutenus par des musiciens qui les lancent en piste, dans une scénographie efficace faite de chaises mobiles et d’un plan incliné qui dit le déséquilibre du monde. Un MERDRE  tonitruant surmonte l’espace scénique, et des vidéos y défilent qui disent les changements d’espace, la neige, la mer, la bataille.

Les lycéens dans la salle sont scotchés par ces adultes bêtes et méchants, orduriers, cupides et lâches. Qui nous inquiètent et les font rire. Ils ont, comme le jeune Jarry, raison : le meilleur moyen de se débarrasser des Macbeth et autres tyrans est encore de se foutre d’eux, bruyamment !

AGNÈS FRESCHEL
Novembre 2018

Ubu Roi a été créé par la compagnie Du Jour au lendemain les 8 et 9 novembre 2018 à la Garance, Scène Nationale de Cavaillon

Photo : Ubu roi c Raphaël Arnaud

À venir : au Festival Off d’Avignon du 5 au 28 juillet 2019 au Théâtre du Chien qui Fume.

dujouraulendemain.com


La Garance
Scène nationale de Cavaillon
Rue du Languedoc
84306 Cavaillon
04 90 78 64 64
www.lagarance.com