Odéric Delachenal, nouveau talent publié aux éditions Métailié

Un récit rédempteurLu par Zibeline

Odéric Delachenal, nouveau talent publié aux éditions Métailié - Zibeline

Retenez bien son nom car un écrivain est né. « La désillusion est comme un tremblement de terre » écrit Odéric Delachenal après avoir vécu celui du 12 janvier 2010 à Port-au-Prince où il était éducateur volontaire, et celui, symbolique, de son retour en France où il était « en mission humanitaire dans son propre pays ». Deux expériences dont il témoigne avec une force narrative explosive dans Fissuré, dix ans après Haïti. Le temps nécessaire pour se reconstruire et trouver dans l’écriture un exutoire. À chaque page, son style nous pète à la gueule et ses déambulations dans les décombres de ses souvenirs nous laissent anéantis. Vidés. Car c’est un franc-tireur du verbe qui ne craint pas de dénoncer les gaspillages financiers des ONG et les dérives des médias au cœur du cataclysme, comme l’impuissance des systèmes de protection de l’enfance en France à laquelle il s’est heurté pendant six ans. Les fissures qui ont profondément entamé la chair des Haïtiens ont pénétré son corps, sa tête, jusqu’à lui faire toucher le fond et vivre en reclus avant de renaître à la littérature. Avec rage, il raconte la pauvreté terrifiante de l’île, la faim permanente, le délabrement général, le jeu des compromissions, la corruption, l’inégalité tout en donnant à son récit une joie et une énergie sans failles.

On respire par saccades, puis on reprend notre souffle avant d’entamer une autre lecture vertigineuse dans les bas-fonds parisiens, là où les migrants se shootent pour oublier que leur « arrivée en France est la pire des épreuves de ce décathlon humain » qui les a fait traverser la Syrie, la Lybie, le Maroc… Ses souvenirs, ses pensées et de menus détails essentiels s’amoncellent tels des gravats dans un champ de ruines. Dans sa langue qui palpite à 200 à l’heure, on ressent son envie d’en découdre avec la fatalité et le malheur. Quoi qu’il lui en coûte, quitte à compiler sarcasmes et causticité quand la réalité est trop dure à encaisser. Odéric Delachenal nous laisse sur le carreau, impuissants, heureux néanmoins d’avoir découvert un nouveau talent.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mai 2021

Fissuré
Odéric Delachenal
Éditions Métailié, 14,20 €