« Le couple permet de résoudre les problèmes qu’on n’aurait jamais eu tout seul »

Un homme, une femme, une psy

« Le couple permet de résoudre les problèmes qu’on n’aurait jamais eu tout seul » - Zibeline

L’Amour dans tous ses états, plutôt qu’une pièce de théâtre, est un laboratoire où l’on est invité à observer et analyser l’évolution d’une relation amoureuse. Les cobayes sont Céline et André, interprétés respectivement par Sandra Valentin et Hervé Pauchon dont la voix est familière aux auditeurs de France Inter. 

Le début est tout feu tout flamme. Ils se rencontrent, ils se plaisent et se désirent. Une passion brûlante naît. Entre chaque saynète, Marie Lise Labonté (qui est psychothérapeute à la ville) intervient, commente et questionne le public. Dès le début, elle nous a prévenus : ces deux-là, ça ne va pas durer. Quand elle dit en citant Coluche : « Le couple permet de résoudre les problèmes qu’on n’aurait jamais eu tout seul », elle démontre que la relation à deux catalyse les souffrances non cicatrisées du passé. Les non-dits en attente et les frustrations constitueraient le poison du couple. Au fur et mesure que le récit avance, elle va décortiquer la mécanique destructrice qui se met en place. L’originalité du spectacle se situe dans l’interaction que crée ce personnage de psychothérapeute avec le public. Les spectateurs observent et s’impliquent dans l’histoire qui se déroule sous leurs yeux. Ils s’impliquent d’autant plus qu’il est facile de s’identifier aux comportements d’André et Céline. Cette histoire renvoie au vécu de chacun de nous, nos erreurs, nos maladresses. Le dialogue entre la salle et la scène est l’axe original du spectacle.

Comme un cours de sciences naturelles où le professeur, par l’observation, voire la dissection, guiderait les élèves vers la compréhension des lois de la nature, la psychothérapeute procède avec les mêmes méthodes. L’effet miroir que constitue ce couple est non seulement instructif mais drôle aussi, car il révèle nos failles, nos faiblesses, avec légèreté. Quitte à contredire Alain qui écrivait « On n’instruit pas en amusant », cette « leçon » sur les travers relationnels en est le parfait contre-exemple.
CAROLINE GERARD
Mai 2018

L’amour dans tous ses états s’est joué au Théâtre du Chêne Noir, Avignon, le 10 avril

Photo : © Fabienne Rappeneau


Théâtre du Chêne Noir
8 bis rue Sainte-Catherine
84000 Avignon
04 90 86 58 11
www.chenenoir.fr