"Un havre de paix" de Yona Ronzenkier au cinéma le 12 juin

Un havre de paixVu par Zibeline

Yona Rozenkier, réalisateur d’Un Havre de Paix (en hébreu, L’Eté), a grandi dans un kibboutz près de la frontière libanaise. Ses frères et lui ont combattu en 2006 contre le Hezbollah. Pour son premier long-métrage, il a donc choisi un sujet profondément personnel : sa propre famille incarne une fratrie se déchirant, avec pour décor le kibboutz de leur enfance.

Le film, présenté au dernier festival de Locarno, suit les rancœurs et tensions entre Yoav (Yoel Rozenkier), Itai (le réalisateur) et Avishai (Micha Rozenkier) qui se retrouvent après la mort de leur père. Le départ imminent à l’armée du benjamin Avishai pour son service militaire est encouragé par l’aîné Itai, mais remis en question par Yoav, qui a quitté Tsahal et le microcosme du kibboutz pour partir vivre à Tel-Aviv. Le sujet ici n’est pas la guerre elle-même, à peine entrevue le temps de bombardements lointains, mais l’absurdité de cette course à une virilité qui s’acquiert notamment par le service militaire, véritable creuset collectif de la nation israélienne. Une course cautionnée silencieusement par la figure du père défunt et par les plus âgés, même si ceux-ci préfèrent couper les sirènes la nuit pour mieux dormir…

La photographie d’Oded Ashkenazi retranscrit avec éclat le soleil méditerranéen et la verdure apparemment paisible de la campagne tout en parvenant à instiller une tension intime dans chaque scène : paradoxalement, les séquences de bombardement sont peut-être les moins anxiogènes… L’isolement de la communauté et les armes à feu, omniprésentes et banalisées, ne sont pas sans rappeler les clichés associés à l’Ouest Américain : et ce n’est pas par hasard si un personnage viendra à accuser un poster de Clint Eastwood de véhiculer l’apologie d’une virilité sans faille. Ce sont donc avant tout la peinture de ce monde endurci, refermé sur lui-même et l’investissement émotionnel des acteurs, impeccables, crédibles et engagés, qui font de ce Havre de Paix une grande réussite.

PAUL CANESSA
Mai 2019

Un havre de paix, de Yona Ronzenkier, sortira le 12 juin (1h31)

Photo : Un havre de paix © Pyramide distribution