Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le Fest’hiver a retrouvé ses fauteuils à Avignon

Un fauteuil pour six

Le Fest’hiver a retrouvé ses fauteuils à Avignon - Zibeline

Le Fest’hiver des 6 Scènes d’Avignon a rassemblé plus de 2000 spectateurs : l’affirmation que le public aime retrouver son fauteuil dans les théâtres, même en hiver !
Et qu’il serait prêt à rempiler chaque saison pour cet enthousiasmant marathon festivalier à travers la ville. Les propositions étaient de qualité, portées par des compagnies de la région, accueillies par des lieux partageurs et soucieux de «faire une place à l’émergence».
Au Chêne Noir, l’adaptation par le Collectif 8 du récit policier d’Edgar Allan Poe, Double assassinat dans la rue Morgue, a séduit par son dispositif irréprochable. Entre théâtre et cinéma, Gaële Boghossian et Paulo Correia mettent en scène cette enquête en six chapitres, autour d’un «crime d’une férocité bestiale», sans mobile ni indice, dont s’accaparent deux mystérieux protagonistes. Une version réussie, malgré une intrigue de base et sa résolution frustrantes par un étrange Auguste Dupin, dont on apprend peu si ce n’est ses «facultés analytiques hors normes», qui se pique de résoudre l’énigme sur une hypothèse, aidé par un acolyte qui écrit ses «transports d’imagination». Véritable personnage, la vidéo tient sa promesse d’être un partenaire d’écriture total qui nourrit l’imagerie mentale d’une histoire aux perspectives troublantes.
Le Bruit des hommes jouait Beckett au Balcon. Une Fin de partie figurative, dépouillée, sans réel dynamisme ni grandes idées scéniques, mais qui ouvrait les fenêtres, au sens propre, d’un face-à-face surréaliste et de soliloques devenus des classiques. Une troupe qui a fait ses preuves, dont Yves Borrini parfait en vieil aveugle handicapé, et qui joue avec sincérité pour la 5e saison cette partition difficile, radicale et avant-gardiste à l’origine.
À contrario, une autre revisitation d’un classique de la comédie, Le Mariage de Figaro, par la Cie Du Jour au Lendemain, a endiablé le plateau des Halles (qui les retrouvera cet été au Off) ! Une version très rock de Beaumarchais par Agnès Régolo où l’insolence de Figaro et la défaite des hommes par l’alliance des trois personnages féminins débordent d’énergie. Créée il y a quelques mois à Aix, la pièce a gagné une force de frappe impressionnante, grâce aux sept comédiens fougueux, proches dans leur engagement physique des figures drolatiques du muet ou de la démesure gainsbourienne quand certains chopent le micro, badins, vaniteux, hystériques, joyeux, amoureux… extrêmement vivants !
Irrésistible également et joyeusement régressif, le duo féminin de la Compagnie du I, au Chien qui Fume, qui nous a embarqué pour la conférence À quoi reconnaît-on un clown ? sur les bienfaits du (pince-sans)rire. Clown blanc et auguste gaffeur dans toute leur splendeur, la conférencière (dé)coincée et sa stagiaire fayote sont d’autant plus crédibles et hilarantes qu’elles passent de «la blague au doigt» à «faire l’humour tous ensemble» en gardant vissée leur belle âme d’enfant.
Aux Hivernales, le documentaire Un Ménestrel sur quelques mois du parcours créatif du poète escaladeur aura mis sur la toile le talent lunaire d’un homme qui écrit sa poésie sur les façades des villes. Antoine le Menestrel est un «humain grimpeur» qui «veut amener du rêve, créer du lien», un funambule rêveur à la verticale mais bien ancré dans la vie, qui signera une création attendue pendant le Festival Les Hivernales (les Grimpeurs (é)perdus le 23 fév).
En clôture, King du ring a désarçonné aux Carmes. Adapté du texte de Remi Checchetto (lire la chronique sur www.journalzibeline.fr) par Alexia Vidal, qui valide une belle audace en confiant les clés du ring à l’impressionnante Adeline Walter, pour interpréter la parole, dévorante, et une «danse mouvementée» incessante, et figurer la combativité (et la sienne !) du boxeur noir Mohammed Ali. Si la pièce est une performance indéniable de mémoire, du texte et du corps, elle pêchait presque, pour sa première, d’un excès de technique d’où peu d’émotion émergeait, et d’un papillonnage lessivant…
DELPHINE MICHELANGELI
Février 2015

Le Fest’hiver a eu lieu du 29 janvier au 6 février à Avignon

Photo : Le-Mariage-de-Figaro-©-Delphine-Michelangeli


Les Hivernales
18 rue Guillaume Puy
84000 Avignon
09 63 53 58 55
http://www.hivernales-avignon.com/


Théâtre des Carmes
6 place des Carmes
84000 Avignon
04 90 82 20 47
http://www.theatredescarmes.com


Théâtre des Halles
4 rue Noël Biret
84000 Avignon
04 90 85 52 57
http://www.theatredeshalles.com/

 


Théâtre du Balcon
38 Rue Guillaume Puy
84000 Avignon
04 90 85 00 80
http://theatredubalcon.org/


Théâtre du Chêne Noir
8 bis rue Sainte-Catherine
84000 Avignon
04 90 86 58 11
www.chenenoir.fr


Théâtre du Chien qui Fume
75 rue des Teinturiers
84000 Avignon
04 90 85 25 87
www.chienquifume.com