Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Midi, poignant ouvrage de Cloé Korman aux éditions du Seuil

Un été dans la tempête

• 26 septembre 2018⇒30 septembre 2018, 26 septembre 2018⇒30 septembre 2018 •
Midi, poignant ouvrage de Cloé Korman aux éditions du Seuil - Zibeline

6 juillet 2000. Claire et son amie Manu débarquent à Marseille pour travailler dans un théâtre associatif dirigé par Dominique. Un groupe d’enfants à encadrer et à guider dans une adaptation astucieuse et actualisée de La tempête de Shakespeare ; un animateur plein de charme… Pour les deux jeunes filles, ce job contient toutes les promesses d’un extraordinaire été tout près de la mer, dans la chaleur sensuelle du Sud. Midi, le troisième roman de Cloé Korman, après Les Hommes-Couleurs (Prix du Livre Inter 2010) et l’émouvant Les saisons de Louveplaine (2013), plonge le lecteur dans les souvenirs de Claire, les souvenirs de cet été-là, quinze ans plus tôt. Des souvenirs qu’elle avait enfouis et que la venue de Dominique dans son service de médecine interne à l’hôpital fait ressurgir. Brutalement. Dom est en fin de vie. Il est sans doute temps d’affronter les fantômes du passé… Le roman s’articule en cinq chapitres, cinq comme les semaines du stage (des premières répétitions à la représentation finale devant parents et amis), cinq comme les actes d’une tragédie classique. Une construction habile, soutenue par un style direct, au présent, un ton qui ne prend pas de gants. De subtils allers-retours entre les époques laissent au drame le temps de s’installer entre les lignes, à l’inquiétude de gagner. Car derrière les jeux et les découvertes, de l’amour, de la magie du théâtre, c’est une tout une autre histoire qui se dévoile peu à peu, dont La tempête est sans doute le miroir grossissant. Sauf que Midi n’est pas une comédie. Que Dom n’a pas les pouvoirs de Prospero, dont il endosse pourtant le rôle (il n’en a surtout ni le courage ni la générosité). Et que la petite Joséphine, « la gamine la plus mal habillée, la plus crade que j’aie jamais vue », à qui échoit évidemment le rôle de Caliban, car aucun des enfants ne veut jouer l’esclave-monstre de Shakespeare, personne n’est là pour la protéger. Midi, ou l’histoire d’un été implacable, dont les illusions théâtrales n’ont pas réussi à dompter la violence. Poignant.

FRED ROBERT
Septembre 2018

La romancière sera présente à Manosque lors des  XXe Correspondances, du 26 au 30 septembre

Midi Cloé Korman
éditions du Seuil 18 €