Vu par Zibeline

Le Monstre du labyrinthe, la bonne surprise du festival d'Aix-en-Provence

Un dédale contemporain

• 8 juillet 2015⇒9 juillet 2015 •
Le Monstre du labyrinthe, la bonne surprise du festival d'Aix-en-Provence - Zibeline

La bonne surprise du festival vient peut-être de ce «Monstre»-là, imaginé comme un vecteur synthétisant plusieurs axes de la direction de Bernard Foccroulle à Aix : la quadrature d’un cercle conciliant un ancrage local, pédagogique, une ouverture sur le monde méditerranéen, une exigence continue d’excellence ? À l’issue de la création française du Monstre du Labyrinthe, opéra de Jonathan Dove, on peut penser que le pari est gagné.

Cela n’a pas dû être aisé de mettre en scène près de 300 amateurs, adultes, adolescents et enfants issus du tissus éducatif et associatif local, les faire bouger au cordeau, chanter au métronome une partition, certes conçue pour eux, mais pas si facile que ça à assimiler ! Les effets de masse sont visuellement superbes, rehaussés de projections vidéos tournées in situ, caméra à l’épaule, ou en plongée, lorsque les corps des choristes dessinent les murs mouvants du labyrinthe où se débattent Thésée, Dédale et les enfants athéniens, jetés à la mer, envoyés par le roi Minos (Miloud Khetib) en sacrifice au Minotaure.

La texture sonore, contemporaine, est grandiose, expose un langage très abordable où choristes et solistes professionnels (Damien Bigourdan, Lucie Roche, Damien Pass) se partagent la polyphonie, des chœurs parlés percussifs au final lumineux, kaléidoscopique… L’orchestre qui les soutient, mêle en parité des membres du London Symphony Orchestra aux pupitres de l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée. Le souffle est épique… et tout se focalise autour de la baguette géniale de Sir Simon Rattle, ravi semble-t-il de participer à cette expérience unique !

Quant au mythe ? Il se décode à la lumière d’aujourd’hui et des enfants migrants, clandestins envoyés à la mer, à une mort probable, des hommes et femmes réduits à l’esclavage par des systèmes économiques dévorants.

JACQUES FRESCHEL
Juillet 2015

Le Monstre du labyrinthe a été joué les 8 et 9 juillet au Festival d’Aix-en-Provence

Ecouter sur WRZ l’interview de Bernard Foccroulle ici

Photo : © Vincent Beaume 

 


Festival International d’Art Lyrique d’Aix en Provence
0820 922 923
http://www.festival-aix.com/


Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net