Vu par Zibeline

Retour sur L'homme de la Mancha représenté à l'Opéra Grand Avignon le 1 décembre

Un atour dans la Mancha

Retour sur L'homme de la Mancha représenté à l'Opéra Grand Avignon le 1 décembre - Zibeline

On ne sait pas, ou on a oublié, que L’homme de la Mancha fut repris par Brel en 1968 après avoir été séduit par la représentation de Man de la Mancha à Broadway créé en 1965. Il a alors traduit le texte du scénariste Dale Wasserman et sur la musique originale de Mitch Leigh. C’est donc la version française de cette comédie musicale qui était représentée à l’Opéra Grand Avignon le 29 novembre et le 1er décembre : un sujet propice à évoquer les frontières mouvantes entre la raison, l’imagination ou la folie, exposé par Miguel de Cervantes et son roman originel. Dans cette adaptation, c’est effectivement l’écrivain espagnol qui introduit le chassé-croisé avec son héros tout au long de la comédie, dans des démêlés apocryphes, mais suggestifs et ingénieux, avec l’Inquisition. Cette dialectique contribue à fragiliser et mettre en doute nos certitudes cartésiennes et sécurisantes : Don Quichotte, c’est nous dans une quête de la vérité qui passe de la réalité au rêve (si ce n’est au délire) dans un glissement progressif.

On s’est laissé emmener de l’auberge, prise pour un château, à la prostituée douteuse Aldonza, changée en Dulcinée (Amaya Dominguez) aux atours séduisants, par un jeu de scène et d’airs sensibles auxquels on a fini par croire malgré une portée vocale en retrait. Nicolas Cavallier y palliait par sa posture de basse assurée et révélatrice des contradictions du héros et de son double (l’écrivain). On a assisté à une montée en puissance collective, onirique et variée à partir d’un début apparemment sans surprises, révélée par un décor simple, ingénieux, scintillant (un escalier mobile et décoratif), un fond de scène variable avec un rideau ajouré, sur des espagnolades de rigueur finement mises en scène ou chorégraphiées par Jean-Louis Grinda et Didier Benetti (direction musicale). «Rêver un impossible rêve» ?

PIERRE-ALAIN HOYET
Décembre 2015

Photo Cédric Delestrade / ACM Studio


Opéra-Théâtre du Grand Avignon
1 Rue Racine
84000 Avignon
04 90 82 81 40
http://www.operagrandavignon.fr