Catherine Corsini adapte (trop ?) fidèlement Christine Angot

Un amour impossibleVu par Zibeline

Catherine Corsini adapte (trop ?) fidèlement Christine Angot - Zibeline

Adapté du roman de Christine Angot, le film de Catherine Corsini en conserve la finesse et l’ampleur, et s’ancre avec succès dans un même désir de classicisme.

On délaisse ici les habits de l’autofiction : Christine et Pierre Angot deviennent Chantal et Philippe, mais Rachel, la mère tour à tour aimée, haïe et admirée, conserve son prénom. Cette mère tendre et lumineuse a les traits et la présence incomparables de Virginie Efira. Aussi douce et avenante que le Philippe de Niels Schneider demeure savamment inquiétant et antipathique, Rachel demeure le centre névralgique de l’intrigue, sublimée par le regard énamouré de sa fille. L’académisme des images n’est ici ni gratuit ni inapproprié : il reconstitue, au fil d’échanges épistolaires et de brefs extraits du livre, l’histoire de la naissance de Chantal et la tragédie qui survient à son adolescence. La beauté des décors, la lumière irréelle dans laquelle ils baignent donnent naissance au récit dans une fascination comparable aux descriptions photographiques d’Annie Ernaux. La voix off, sèche et discordante, fissure peu à peu l’artificialité de cette imagerie.

Dans son dernier quart, moins léché, qui fera apparaître l’auteure une fois adulte, on pourra regretter que le long-métrage s’égare à trop vouloir singer l’image télévisuelle de Christine Angot ou peine à s’ancrer dans son époque. Jusqu’alors bouleversant, fort de son propre langage, le film se parera de trop de mots et de raccourcis pour rendre justice à son matériau d’origine et à ses ambitions. Si les actrices se succèdent pour incarner l’écrivain de sa naissance à ses quarante ans, l’adolescente Estelle Lescure, qui apparaît ici pour la première fois à l’écran, demeure de loin la plus marquante : face au jeu pourtant irréprochable de ses deux aînés, elle parvient à phagocyter chaque plan sans même recourir à la parole, et à faire deviner chaque non-dit en un regard. Si bien que ce sera avant tout son visage qui hantera le spectateur, longtemps après la projection.

SUZANNE CANESSA
Novembre 2018

Photo : Un amour impossible © Stephanie Branchu – Chaz Productions

Un amour impossible de Catherine Corsini, est sorti le 7 novembre (2h15)