L'italienne à Alger, l'un des opéra qui devraient être remboursés par la sécurité sociale, comme anti-dépresseur

Turqueries façon Rossini !Vu par Zibeline

• 2 février 2014 •
L'italienne à Alger, l'un des opéra qui devraient être remboursés par la sécurité sociale, comme anti-dépresseur - Zibeline

Certains ouvrages lyriques devraient être inscrits dans la liste des antidépresseurs remboursés par la sécurité sociale ! Opéra composé en une vingtaine de jours par un gamin polisson de 21 ans, L’italienne à Alger, taxé à juste titre par Stendhal de «folie organisée», par son écriture fine, juste, ciselée, pétillante, à l’image de l’entre choc des onomatopées de la fin du premier acte, a un effet euphorisant ! Les airs, d’une virtuosité sans pareille, s’enchaînent et se déchaînent, exigeant des chanteurs une technique irréprochable. Et, comme très souvent à Avignon, on ne fut pas déçu par la distribution. Autour du couple fantasque d’Isabella, Silvia Tro Santafe, très belle mezzo-soprano à la voix pleine et chaleureuse, et de Mustafa, Donato Di Stefano, magistral, «pappataci» de premier choix, les autres artistes –Clémence Tilquin, Amaya Dominguez, ou bien encore Giulo Mastrototaro– apportèrent chacun leur pierre à l’édifice. Accordons une mention spéciale au jeune ténor, Julien Dran, brillant dans le rôle de Lindoro, au jeu de scène encore perfectible, et au splendide Armando Noguera, qui incarna avec justesse et brio le personnage de Taddeo. L’Orchestre Régional Avignon Provence, dirigé pour l’occasion par Roberto Rizzi-Brignoli, parfois légèrement décalé par rapport aux chanteurs, sut malgré tout tirer son épingle du jeu et apporter à l’ouvrage de Rossini toute l’énergie nécessaire que demande ce petit bijou d’espièglerie.

CHRISTOPHE FLOQUET
Février 2014

Représentation du 2 février à l’Opéra Grand Avignon

Photo : L’Italienne-à-Alger-c-Cédric-Delestrade-ACM-Studio

Opéra-Théâtre du Grand Avignon
1 Rue Racine
84000 Avignon
04 90 82 81 40
http://www.operagrandavignon.fr