Vu par Zibeline

Retour sur L’Autre fille, ou la lettre d'une écrivaine à sa sœur disparue, au Théâtre Artéphile à Avignon

« Tu es morte pour que j’écrive »

Retour sur L’Autre fille, ou la lettre d'une écrivaine à sa sœur disparue, au Théâtre Artéphile à Avignon - Zibeline

Qui connaît et apprécie l’auteure Annie Ernaux ne peut passer son chemin devant L’autre fille, la pièce mise en scène par la Cie Nutritive, jouée avec délicatesse par Laurence Mongeaud. Le spectacle, tiré de la lettre éponyme que l’écrivaine a écrit à sa sœur décédée avant sa propre naissance et demeurée cachée, est saisissant. Le texte qui s’interdit faux-semblant et hypocrisie, ne rejette ni haine ni jalousie envers cette morte « plus gentille » que celle, vivante, devenue sainte aux yeux des parents. La mise en scène sert l’intensité, la profondeur et la lucidité du texte d’Annie Ernaux. La scénographie est sobre et évolue à l’aide de livres aux couvertures neutres dont la fonction change jusqu’à devenir pierre tombale. La comédienne, juste, sensible, habitée par le rôle, emplit la scène de sa présence. Elle est cette autre fille, la vivante. Ecrire sur l’absence pour mieux s’emparer de la présence, et découvrir que non seulement notre naissance est due à la mort du premier enfant, mais que toute notre vie est le résultat de ce malheur… Confrontés à l’enfance, l’identité, le deuil, la religion et l’impact des non-dits, l’émotion nous attrape, nous secoue et ne nous lâche plus.

FAUSTINE AUPAIX
Juillet 2017

L’Autre fille au Théâtre Artéphile, à Avignon à 12h40, jusqu’au 28 juillet (relâche les mercredis)

Photo : L’Autre fille © X D R