Trissotin ou Les Femmes savantes, transgressions sexuelles et totale réussite formelle de Macha Makeïeff

Trouble sur le genreVu par Zibeline

• 3 mars 2017 •
Trissotin ou Les Femmes savantes, transgressions sexuelles et totale réussite formelle de Macha Makeïeff - Zibeline

Quelle idée de monter Les Femmes Savantes, pièce violemment phallocrate de Molière, dont on ne saurait entendre certains passages sans haut-le-cœur ? Cette volonté que les femmes restent «à leur place», c’est-à-dire à la gestion du foyer sans approcher le savoir, est aujourd’hui, et au XVIIe siècle qui n’était pas si misogyne, insoutenable. Et, bien entendu, ce n’est pas ce que soutient Macha Makeïeff avec son Trissotin.

Depuis longtemps des travestis traversent son univers, interrogeant la bipolarité de nos représentations mais aussi, puisqu’il s’agit toujours d’hommes qui se féminisent, la volonté de devenir, ou de ressembler, à une femme. La difficulté d’être un homme est-elle à l’origine de la phallocratie de Molière ? La question de la transgression, indispensable au désir et donc à l’ordre social, se pose dès l’entrée : transgression de classe quand Ariste sort en boîte avec Martine la servante, transgression de la nature quand la jeune Armande et sa tante trans refusent d’avoir un corps, transgression sexuelle quand Trissotin, superbe hermaphrodite à barbe et en talons, déclenche orgasmes et pamoisons par la puissance de son ambiguïté et de ses circonvolutions langagières. Certes la morale du dénouement ne change pas, et le couple Henriette-Clitandre triomphe, défendant Louis XIV contre la Ville et prônant un pouvoir, politique et domestique, strictement masculin ; mais Macha Makeïeff montre le désarroi de tous, fait chanter Clitandre en sopraniste, envoie le couple faire l’amour dans la chambre, explique l’hystérie de Philaminte par l’évidente impuissance de son mari, obligé pour se faire respecter de s’en remettre à la «sagesse» imbécile de sa servante. Faire porter le chapeau du ridicule ou de la perversité aux transgenres dénote-t-il une transphobie ? C’est le désordre de nos représentations genrées qui s’affiche, ouvrant ainsi la voie au plaisir, et aux questions.

Comme toujours avec Macha Makeïeff l’attention aux costumes, au décor, aux accessoires, est extrême. Aux musiques aussi, diffusées ou chantées. L’habillage est superbe et pourtant minutieux (tiens un alexandrin), et les comédiens, drôles, gouailleurs, savent imposer le rythme de la comédie, avec ses accélérations, ses pauses, ses superpositions, ses discours en vers et combats stichomythiques. Une totale réussite formelle, qui laisse en suspens le sens, qui chemine…

AGNÈS FRESCHEL
Novembre 2015

Trissotin ou Les Femmes savantes est joué jusqu’au 29 novembre au Théâtre Gérard Philippe, Saint Denis (93).

À venir :
3 mars
La Colonne, Miramas

Photo : Les Femmes savantes -c- LoLL-WILLEMS

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/

Théâtre de la Colonne
Avenue Marcel Paul
13140 Miramas
04 90 50 05 26
http://www.scenesetcines.fr/