Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Marius et Fanny de Vladimir Cosma au Silo de Marseille

Trois tiers de jazz, un bon tiers d’opéra

• 20 décembre 2018⇒21 décembre 2018 •
Marius et Fanny de Vladimir Cosma au Silo de Marseille  - Zibeline

C’est moins à une transcription qu’à une traduction que s’est adonnée l’équipe de Marseille Jazz des 5 Continents en transformant l’opéra de Vladimir Cosma, créé à Marseille en 2007, en Opéra-Jazz. La démarche n’a rien de saugrenu : le jazz évoque plus directement le Marseille des années 30, et l’intonation du lyrique a pu l’éloigner de ses accents chantants. Vladimir Cosma, grand amateur du genre -il a notamment côtoyé Chet Baker- s’est investi dans sa réorchestration. C’est une réussite : si le public initial de l’opéra en reconnaîtra sans peine les airs, la cohérence de l’Opéra-Jazz en fait une œuvre à part entière pour les autres. Les instrumentistes du NDR Bigband occupent la scène et non la fosse, et c’est tant mieux : leur souffle ne retombe jamais, et enrichit de touches « bleues » la partition vocale. Tout aussi irréprochables, les Voice Messengers font montre d’une bonne humeur contagieuse et le mélange des timbres à l’œuvre rappelle les textures orchestrales. Augustin Ledieu et Sylvain Belgarde quitteront le cortège le temps de la scène, culte, de la partie de cartes, où la joute verbale se pare d’atours joyeusement swing.

Irina Baïant (Fanny) est la seule chanteuse lyrique du plateau vocal : le contraste de son timbre avec les voix jazzy des autres chanteurs surprend, notamment lorsqu’elle doit éloigner le micro sur les envolées les plus puissantes. Par ailleurs elle n’est pas francophone et cela se ressent au niveau de la compréhension du texte, l’œuvre n’étant pas surtitrée. À l’inverse, Hugh Coltman insuffle, par ses mélismes et son sens entêtant du rythme, la légèreté et la soif de fuite auxquelles aspire le personnage de Marius. Tom Novembre parvient à incarner César avec charisme malgré la tessiture de son rôle : comme les envolées aigües des femmes, ses descentes dans le grave ne semblent pas complètement appropriées au registre. Enfin, André Minvielle est un Panisse inoubliable : il passe du rire à l’émotion avec l’aisance agile d’un scatteur, et ses duos avec César et Fanny sont parmi les plus réussis de la soirée.

PAUL CANESSA
Janvier 2019

Photo: c Valentine Kieffer

Marius et Fanny s’est joué les 20 et 21 décembre au Silo, Marseille


Le Silo
35 quai du Lazaret
13002 Marseille
04 91 90 00 00
http://www.silo-marseille.fr