Médée Kali de Laurent Gaudé vue par Frédérique Fuzibet

Trois femmes violentesVu par Zibeline

Médée Kali de Laurent Gaudé vue par Frédérique Fuzibet - Zibeline

Frédérique Fuzibet a choisi de mettre en scène et en mouvement Médée Kali, texte violent et sonore de Laurent Gaudé. Courageusement elle a choisi une distribution plurielle. Ce sont en effet trois Médée qui se partagent et s’approprient le texte, trois voix qui incarnent trois âges de la vie de l’infanticide. Victime et coupable, échevelée, trahie dans son amour, Médée (Hélène Force) revient sur les lieux de son crime et se repaît du spectacle de Jason pleurant ses enfants morts. Ne voulant rien lui laisser d’eux, elle en dérobe les dépouilles pour les amener sur les bords du Gange et accomplir pour eux les rites de sa religion. Car Gaudé a fait d’elle une intouchable hindoue pleine de fureur et de sensualité destructrice. C’est Kali, déesse de la mort, interprétée par Rukmini Chatterjee, dont la danse délicate donne au personnage une légèreté inattendue. La troisième est Gorgone (Christiane Cayre) qui défie et pétrifie les hommes qui osent la regarder. Les comédiennes se croisent, parcourant le désert pour accomplir leur mission, pleines d’une violence encore trop retenue qui prendra certainement de l’ampleur au rythme des représentations. La contrebasse inventive de Bastien Boni ponctue et souligne les moments forts. Comme ceux où les voix des enfants planent parfois au-dessus de leur mère, spectateurs du drame qui ne la jugent pas.
CHRIS BOURGUE
Mars 2015

Médée Kali s’est joué du 13 au 15 février au théâtre Joliette

Photo : C.-Cayre-R.-Chatterjee-H.Force-c-Pierre-Ciot

Théâtre Joliette
2 place Henri Verneuil
13002 Marseille
04 91 90 74 28
www.theatrejoliette.fr