Vu par Zibeline

Retour sur Collector, de Michel Kelemenis, présenté au Merlan à Marseille lors de + de danse

Traversée d’un style

Retour sur Collector, de Michel Kelemenis, présenté au Merlan à Marseille lors de + de danse - Zibeline

Le théâtre du Merlan, en invitant + de danse à commencer son festival chez lui, a magnifiquement rappelé que Michel Kelemenis est un artiste précieux, dans une ville qui a du mal à reconnaître le talent des siens.

Le programme Collector proposait 4 pièces anciennes, composées par le chorégraphe entre 1984 et 1995, un duo de Dominique Bagouet, avec qui Kelemenis a commencé sa carrière, et une pièce de 2015, pour clore le programme aujourd’hui. Voyage dans le temps, dans la musique aussi, le programme dessine le trajet stylistique d’un artiste, et il y intervient, discrètement, pour dire comment il est passé de l’abstraction à l’introduction de figuralismes, ou comment l’interprète est devenu un être dansant ; et pour affirmer son attention à la musique, toujours, contemporaine, chanson, impressionnisme.

Les clefs qu’il donne permettent de mieux voir : la sensualité des duos, féminins, masculins ou mixtes ; la répétition des phrases chorégraphiques, et ce qu’elles évoquent ; la manière musicale de construire le mouvement, en répétitions, échos, décalages, fugues et unissons mais aussi, surtout, grâce à l’attention aux timbres et aux nuances, que les corps rendent par leurs dynamiques, et le caractère de leurs gestes ; le jeu avec les paroles des chansons, Laisse tomber les filles ou Je construis des marionnettes, jamais directement illustratives, mais qui se permettent l’ironie distanciée de la mise en écho…

Les quatre interprètes sont parfaits : présents, émouvants, techniquement impeccables, Luc Bérard, Laurent le Gall, Claire Indaburu et Cécile Robin-Prévalée sont rompus au style, aux styles, de Kele. À celui de Preljocaj, avec lequel Kele a écrit et interprété son premier duo, Aventures coloniales, la plus glacée des pièces présentées ce soir-là ; à celui de Bagouet, dont ils restituent le duo central de Déserts d’amour en offrant, juste à la fin, lorsque les corps se touchent, une vague d’émotion jusque-là retenue.

AGNES FRESCHEL
Avril 2017

Collector a été dansé les 2 et 3 mars au théâtre du Merlan, dans le cadre de + de danse initié par le Klap, Marseille

Photo : © Agnès Mellon

 


Klap
Maison pour la Danse
5 rue du Petit Versailles
13003 Marseille
04 96 11 11 20
http://www.kelemenis.fr/


Théâtre le Merlan
Scène Nationale
Avenue Raimu
13014 Marseille
04 91 11 19 30
http://www.merlan.org/