Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila vu par Julie Kretzschmar

Tram direct

Le Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila vu par Julie Kretzschmar - Zibeline

« Vous avez l’heure ? » C’est un caneton qui pose cette question, tout au long de la pièce, comme un refrain incongru. On ne lui répondra jamais, mais on saura qui sont les canetons, en République démocratique du Congo : de très jeunes filles, qui se déplacent en grappe, en file indienne sur les chantiers de mines de diamant, toujours une passe à proposer, qui affluent sur les pistes de danse miteuses et flamboyantes des lieux de débauche pour les « creuseurs » et les étudiants en grève, pour les « touristes à but lucratif ». Le Tram 83 est le plus emblématique de ces bars, les canetons y fraient avec les reines de la nuit, les musiciens alcoolisés, les dealers, les magouilleurs, les désespérés, les salauds magnifiques, les traitres gentils, la fange et la vie qui pulse à faire péter les tempes de sons, de drogue et de sexe. Fiston Mwanza Mujila, dans un premier roman à la langue aussi inventive et déboussolante que ce qui se joue dans ce microcosme infernal, décrit son pays natal, l’incandescente « Ville-pays » Lubumbashi, royaume de diamant extrait au prix fort. La metteuse en scène Julie Kretzschmar poursuit un dialogue établi depuis une quinzaine d’années avec les auteurs contemporains francophones en adaptant ce texte pour le théâtre. Dans une scénographie (Claudine Bertomeu) et une lumière (Camille Mauplot) très réussies, les cinq comédiens incarnent l’autobiographie détournée de l’auteur. On le retrouve dans le personnage de Lucien (Charles Ouitin Kouadjo), frêle et impressionnant de détermination candide, qui veut prouver que l’écriture est plus forte que la boue, face à son frère ennemi Requiem (Moanda Daddy Kamono), revenu de tout, mais toujours prêt à en découdre avec la vie. Il y a l’éditeur blanc et suisse entre eux (Frédéric Fisbach), happé par le souffle d’une Afrique qui phagocyte jusqu’à sa propre histoire (« mais si je ne suis pas africain, qui suis-je ? »), la diva (Lorry Hardel), et le caneton, donc (Astrid Bayiha). Torrent de mots, poésie violente, récits au passé, voix qui presque jamais ne se croisent : un théâtre slamé, cru, puissant.

ANNA ZISMAN
Mars 2018

Tram 83 a été joué les 21 et 22 mars au Théâtre de la Vignette, Montpellier, et les 12 et 13 avril au Bois de l’Aune, Aix-en-Provence

Photo : Tram 83 c Christophe Pean


La Vignette
Université Paul Valéry 3
Route de Mende
34199 Montpellier
04 67 14 55 98
theatre.univ-montp3.fr


Théâtre du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr