Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Carmina y amén de Paco León a ouvert l'édition 2014 de CineHorizontes le vendredi 7 novembre au cinéma Le Prado

Tout sur sa mère

• 7 novembre 2014 •
Carmina y amén de Paco León a ouvert l'édition 2014 de CineHorizontes  le vendredi 7 novembre au cinéma Le Prado - Zibeline

Carmina o revienta de Paco León avait clôturé l’édition 2013 de CineHorizontes, Carmina y amén, suite et fin de la saga de la famille Barrios, a ouvert ce vendredi 7 novembre, au cinéma Le Prado, celle de 2014, devant une salle comble, charmée par le jeune réalisateur andalou.

Mais quel est le secret de ces mâles cinéastes espagnols pour pouvoir créer avec autant de force des personnages féminins aussi denses, aussi vivants ? Almodovar disait tout sur une mère. Paco León comme dans son premier film met en scène la sienne. 58 ans, massive, clope et «puta» aux lèvres, elle tousse, crache, vomit, passe des larmes surjouées au rire de gorge, fait les poches de son mari mort, l’apostrophe, parle à son fantôme et à Bárcenas (pas Luís) mais un filou de perroquet, glisse dans la mélancolie ou devient le temps d’une équipée sauvage, une Lady Gaga grotesque sur la moto de son fils. Un peu sorcière, un peu chef de clan, elle mène son monde à la baguette de son pragmatisme.  Veillée funèbre clandestine, en huis clos, entre mère et fille ( Maria León, la soeur de Paco), autour du cadavre du père bien au froid, et sur lequel Carmina dépose peu à peu le contenu du congélateur. Puis veillée «conviviale», les copains de bars s’étonnant en brève de comptoir : «Tous ces gens qui meurent pour la première fois !» Et les voisines – ô la belle galerie de portraits !- parlant de sexe et des vertus de la marijuana. Enterrement parodique au ralenti avec bruits d’élévateur et truelle. Par un tour de passe passe qui tient de la nouvelle à chute pour le scénario et de l’interprétation exceptionnelle de la dame non professionnelle pour le reste, la comédie brouille les pistes, posant un regard tendre et lucide sur la vie qui va.

ÉLISE PADOVANI

NOVEMBRE 2014

 

crédit photo : Paco León

 

 

 


Cinéma le Prado
36 Avenue du Prado
13006 Marseille
04 91 37 66 83
http://www.cinema-leprado.fr/