Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Jacqueline Salmon démasque Toulon, la ville, son peuple et ses vents

Toulon démasquée

• 30 janvier 2016⇒24 avril 2016 •
Jacqueline Salmon démasque Toulon, la ville, son peuple et ses vents - Zibeline

En 2000 la photographe Jacqueline Salmon avait percé l’armure de l’Arsenal à Toulon à l’occasion d’une commande de l’Hôtel des Arts. Récidiviste consentante, elle porte cette fois son regard sur les mutations de la ville, des chantiers à ciel ouvert aux façades ripolinées, et sur ses habitants. Durant deux ans de résidence nomade, elle a arpenté les 42,84 km2 de la cité pour lui tirer un portrait vérité.
Une ville, une architecture, un peuple : une trilogie restituée par fragments dans des photos aux formats multiples qui, mises bout à bout, constituent un fidèle miroir. Toute l’histoire toulonnaise est là : les vents et le climat qui structurent sa topographie ; les habitants qui en sont l’âme ; les bâtiments réhabilités ou abandonnés et les bars à marins en voie de disparition qui la définissent. « La ville en pleine transformation a été un cadeau» pour Jacqueline Salmon qui s’intéresse aux «éléments architecturaux qui ne sont pas toujours remarquables. » Du coup, cette nouvelle identité se dessine par petites touches sensibles, repérables pour qui connaît bien la basse ville, les artères modernes plus commerciales, les places enchevêtrées, les vitrines au bric-à-brac indescriptible, les terrains de la Défense nationale le long du port… La scénographie de l’exposition rend tangible cette lame de fond, empruntant au reportage vidéo le mouvement continu. Plan après plan, on entre dans les appartements à la rencontre des habitants, on se faufile dans une procession, on se mêle aux fêtes traditionnelles « qui raniment des rites sacrés dont les maisons ou les rues sont le théâtre », on effleure du regard l’élégance intérieure de la résidence du Cap Brun, rare témoin de la haute bourgeoisie locale. On remonte l’horloge du temps à la découverte des fonds anciens de la bibliothèque ; on relit l’histoire récente relatée par Var-Matin (réélection d’Hubert Falco, premier citoyen de la ville, manifestation «Je suis Charlie», la liesse populaire quand le RCT entre dans l’histoire). Chaque photographie s’accompagne d’un commentaire de Jacqueline Salmon qui nous guide avec doigté : « Ce sont des petits récits qui ont autant d’importance que les photographies, qui racontent autant de l’héritage de la ville. »

Des visages vivants, balayés eux aussi par les vents, tatouent la ville de leur présence
Notoirement connue pour ses travaux sur les espaces publics, on oublie parfois que Jacqueline Salmon a obtenu en 1993 le Prix de la Villa Médicis hors les murs pour une série alliant portraits et lieux. Ici, quelque 120 portraits déroulent presque bord à bord les Âges de la vie, ponctués de respirations symboliques -des pins méditerranéens secoués par le mistral-, mêlant inconnus croisés dans les ruelles ou personnalités locales de tous bords. À ce trombinoscope très classique, on préfère la série des Cartes des vents offerte telle une parenthèse poétique dans le parcours. Des « photographies comme des cahiers d’écriture » à l’instar des cartes de navigation où figurent les flux et les courants des marées. Après la lecture d’ouvrages spécialisés, la découverte des codes et l’apprentissage du dessin des vents, Jacqueline Salmon a réalisé une édition limitée qui allie calligraphie et photographie. Une recomposition illusoire des ciels, immenses, abandonnés aux graphes météorologiques. Des données savantes mais lisibles, des paysages réels mais transfigurés.
Une ville, une architecture, un peuple, des vents : cette constellation d’images personnelles dit l’identité et la particularité de Toulon, avec ou sans les clichés qu’elle véhicule.
MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2016

42,84 km2 sous le ciel
30 janvier au 24 avril
Hôtel des Arts, Toulon

À lire
42,84 km2 sous le ciel,
textes de Jean-Christophe Bailly
éd. Loco, 35 €

À voir
Jacqueline Salmon, ou l’art d’avancer masquée
film de Teri Wehn-Damisch (54 mn)

photo : Carte des vents port Saint Louis, 80 x 100 cm © Jacqueline Salmon


Hôtel des Arts
Centre d’Art du Conseil Général du Var
236 boulevard Général Leclerc
83093 Toulon Cedex
04 94 91 69 18
http://www.hdatoulon.fr/