Place aux compagnies : le bonheur de la création partagée

Toujours vivant le spectacle !Vu par Zibeline

Place aux compagnies : le bonheur de la création partagée - Zibeline

Place aux compagnies soutient les troupes régionales, leur offrant résidences, lieux de réflexion et de création. Retour sur des étapes de travail et lectures

Eleonora Romeo met en scène (Cie Erre) Lampedusa snow, deuxième volet du triptyque Trilogie du naufrage de Lina Prosa pour qui ces trois étapes d’écriture « font de l’expérience du naufrage la métaphore de la condition de l’homme contemporain ». Lampedusa snow s’inspire d’un fait divers : cent migrants africains débarqués à Lampedusa attendent dans les Alpes, où ils ont été transférés, le règlement bureaucratique de leur sort. Un frigo posé sur scène, des néons, offrent leur cadre au long monologue de Mohamed, ce « naufragé en montagne » accompagné de la musique originale de Jamespange et Éric Craviatto. Le comédien Fabrice Lebert, seul en scène, s’empare du texte comme d’une danse, les mots appartiennent autant au théâtre qu’à la poésie performée. Certes, il ne s’agit pas encore de la création de la pièce, « mais on s’en approche » sourient les artistes dans cette « irréalité » scellée par le froid, où un personnage peut devenir un peuple tout entier…

Une société en chaos et ricochets

La verve de Christian Mazzuchini, assisté de Marilyne Le Minoux (dans un costume qui n’est pas sans rappeler celui de la maman de Spirou) et de la chienne Gina Lollobrigida, exerce sa puissance d’indignation et de résistance sur les travers de notre société. On a l’embarras du choix ! Trois des sept personnages prévus dans la version définitive de Je suis venu vous dire, « faux sosies d’artistes célèbres, aux imitations approximatives » étaient présentés en florilège apéritif avant la création prévue initialement à La Joliette le 4 novembre (date à revoir désormais…). Les loges sont installées sur scène, et communiquent avec elle par une grande porte tambour, dans une esthétique qui rappelle certains tableaux d’Edward Hopper. On voit le comédien s’apprêter, changer de costume, se refusant à envelopper ses métamorphoses de mystères dans cette « comédie furieuse ». Voici débouler « Michel Palmarès » (Polnareff) avec ses lunettes noires qui évoque son « boulot, le porno », puis « Don Corrado Prizzi » (qu’incarna William Hickey dans L’honneur des Prizzi de John Huston), vieux parrain mafieux qui narre le « cauchemar » de tous les puissants, devenus soudainement femmes et curieusement enfin humains… Jacques Dutronc vient clore tout cela en réclamant l’égalité des retraites entre les hommes et les femmes. Un régal.

Le goût ineffable de l’absurde

La lecture-performance de la Cie Pop Manuscrit, déjà initiée durant le confinement (cf https://www.journalzibeline.fr/programme/pop-manuscrit-en-projet/ et https://www.journalzibeline.fr/programme/de-lart-du-non-spectacle/) (lire journalzibeline.fr) se poursuivait à La Distillerie pour une Conversation autour du projet d’un non spectacle avec Jesshuan Diné, Cécile Peyrot, Xavier-Adrien Laurent. Les trois comparses égrènent les poncifs jargonneux d’une terminologie qui se veut savante et réfléchie, avec un humour au Xème degré. On jubile d’entendre égratignés les Trissotin d’aujourd’hui grâce au maniement d’un absurde salvateur. Une bouffée de bonne humeur et d’intelligence !

MARYVONNE COLOMBANI
Octobre 2020

Place aux Compagnies a eu lieu du 25 septembre au 29 octobre, Divers lieux, Aubagne.

Photographie : 1- Lampedusa Snow, répétition © ER

Théâtre Comoedia
Cours Maréchal Foch
Rue des Coquières
13400 Aubagne
04 42 18 19 88
http://www.aubagne.fr/fr/services/sortir-se-cultiver/theatre-comoedia.html