Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le 1er film de Camille Fontaine en avant-première dans le cadre des Rencontres Films Femmes Méditerranée

Thriller à la Sainte-Baume

• 8 octobre 2015 •
Le 1er film de Camille Fontaine en avant-première dans le cadre des Rencontres Films Femmes Méditerranée - Zibeline

Films femmes Méditerranée proposait le 8 octobre au cinéma Le Prado, en avant-première, le premier film de Camille Fontaine Par accident. Ça commence comme un clip de la sécurité routière. Une jeune femme rentre du travail, téléphone à sa famille tout en conduisant quand un choc se produit, elle vient d’envoyer à l’hôpital un passant. Sauf que la jeune femme a les traits d’Hafsia Herzi et que Camille Fontaine est à la caméra. Cette dernière n’a pas oublié qu’elle a déjà une carrière de scénariste et nous entraîne avec succès dans un drame à connotation sociale qui devient un thriller. Car cet accident tombe bien mal pour Amra qui vit dans un taudis enchanté, protégé par la forêt, avec son mari Lyes – Mounir Margoum – et leur fillette Blanche – prénom intentionnellement choisi par ses parents – en attente de ses papiers. Aussi, quand, à la suite d’un appel à témoins, une infirmière, Angélique – Emilie Dequenne – disculpe Amra, le ciel semble s’éclaircir. Et débute une étrange relation entre les deux femmes. Autant Amra se veut, par la force des choses, discrète, sérieuse, engagée dans une vie conventionnelle qui la rend heureuse, autant Angélique est exubérante, sans retenue, directe, intrusive. Mais Angélique a fait un faux témoignage et Amra va se mettre en quête de comprendre les motivations de cette « Angélique », dont le personnage prend une épaisseur énigmatique. Dès lors c’est un engrenage inexorable qui emporte personnages et spectateurs. Emilie Dequenne fait une composition remarquable d’un personnage qui attire autant qu’il rebute, tout en excès, à côté d’une Hafsia Herzi, omniprésente, qui joue de toute une palette de sentiments. Camille Fontaine sait les filmer, tout comme les personnages secondaires de caractère et les paysages industriels de Gardanne ou Berre et la nature sauvage de la Provence. Dans un genre qui n’est pas la marque du cinéma français, Angélique peut rappeler Harry, cet ami qui vous veut du bien de Dominik Moll. On souhaite au réussi Par accident le même parcours.

ANDRÉ GILLES
Octobre 2015

Photo : Ad Vitam

 


Cinéma le Prado
36 Avenue du Prado
13006 Marseille
04 91 37 66 83
http://www.cinema-leprado.fr/


Association Films Femmes Méditerranée
2 rue Henri Barbusse
13001 Marseille
04 91 31 87 80
http://www.films-femmes-med.org/