Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Henri-Frédéric Blanc dit Merde à Shakespeare

Théâtre : je te hais… je t’aime !

• 27 avril 2019 •
Henri-Frédéric Blanc dit Merde à Shakespeare - Zibeline

Merde à Shakespeare ? Ne nous y trompons pas : le titre provocateur de la pièce d’Henri-Frédéric Blanc, créée pour le 5e Festival Overlittérature de Septèmes-les-Vallons, cache en vérité un bel amour du théâtre. Son auteur appartient au mouvement d’Overlittérature, groupe d’écrivains marseillais (à l’exclusif masculin), au service de l’irrespect, de la satire et de la dérision. Sis et créé à Septèmes, ce mouvement ne se résume pas pour autant à l’expression d’un régionalisme étriqué et folklorique ; il veut au contraire éveiller et bousculer les consciences et s’adresser à tous.

Pari gagné avec ce texte étonnant, dense et percutant. Un dramaturge médiocre, acteur méconnu de surcroit, est contraint pour vivre de faire des conférences sur Shakespeare. D’évidence, il rechigne sec, se montrant même agressif et méprisant envers les villageois venus l’écouter ; il définit, méprisant, les mots difficiles, et va même jusqu’à leur jeter des cacahuètes au milieu du spectacle. Il n’arrive pas à prononcer le nom du célèbre « barde » dont il fait la cause de tous ses échecs et qu’il traite de « demeuré du théâtre » et dévie sans cesse sur son aversion et ses difficultés personnelles, au lieu de commenter les pièces célèbres.

Seul en scène pendant une heure trente, le comédien protéiforme Xavier-Adrien Laurent (dit XaL) virevolte, éructe, se plaint, rêve, change de registre, d’accent, de physionomie. La mise en scène efficace d’Olivier Pauls règle les adresses au spectateur et souligne à la fois l’humour et la souffrance de cet artiste étouffé. Dans la très belle scène du jeu avec le crâne, ce n’est pas Hamlet que nous avons devant nous, drapé dans une toge bordée d’or, mais l’auteur méconnu, vivant, qui s’adresse au barde décédé, et se sauve. Une belle façon de mettre en avant l’importance des écritures d’aujourd’hui.

CHRIS BOURGUE
Mai 2019

 Merde à Shakespeare s’est créé le 27 avril à l’Espace Jean Ferrat, Septèmes-les-Vallons

Photo: Merde à Shakespeare c Hervé Lavigne