Les films de Joanna Hogg en avant-première à Marseille, lors de la reprise de la Quinzaine des Réalisateurs

The SouvenirVu par Zibeline

Les films de Joanna Hogg en avant-première à Marseille, lors de la reprise de la Quinzaine des Réalisateurs - Zibeline

Des photos en noir et blanc d’une ville ouvrière en train de s’écrouler, Sunderland. Julie, étudiante en cinéma, veut faire un film de fiction sur une mère et son fils qui y vivraient. Une histoire pour rompre avec la bulle de son milieu bourgeois, privilégié. C’est ainsi que démarre le 4e long métrage de Joanna Hogg, The Souvenir, un film semi-autobiographique, un film entre passé et présent. Julie est incarnée avec délicatesse par Honor Swinton-Byrne, dont c’est le premier rôle. Elle est la fille de Tilda Swinton, qui avait tourné il y a trente ans dans Caprice, le court métrage de fin d’études de Joanna Hogg, et qui joue ici une mère riche, fragile et inquiète. Peut-être y a-t-il de quoi ! Quand Julie rencontre Anthony (Tom Burke), un homme plus âgé qu’elle, assez énigmatique, qui dit travailler pour le ministère des Affaires Étrangères, sa vie se dérègle. Il remet en question ses choix de cinéma, l’emmène à la collection Wallace, lui montre le tableau de Fragonard, The Souvenir, qui donne son titre au film. « Tu es perdue et tu seras toujours perdue » lui dit-il. Il vient s’installer chez elle, lui demande sans cesse de le dépanner de quelque argent, disparait quelques jours puis revient. Le film, le plus souvent tourné en séquences, comme des flashes, nous plonge dans les souvenirs de cette relation d’emprise amoureuse dans les années 80, datée par des décors soignés, la bande son, chansons pop ou punk, ainsi que par l’annonce de l’attaque à la bombe du magasin Harrods en décembre 1983. Se succèdent les moments où Julie, assise à son bureau, peaufine son projet de film, les séances à l’école de cinéma où elle travaille avec d’autres étudiants, les échanges intimes avec cet homme qu’elle aime et prend en charge, les départs fréquents et inexpliqués, les mensonges. Un homme qu’elle accepte tel qu’il est même après cette séquence charnière où, lors d’un repas, elle apprend qu’elle vit avec un héroïnomane. Qui est-il cet homme inquiétant qui, par moments, ressemble à Peter Lorre ? Que fait-il réellement cet homme qui l’emmène à Venise après avoir peut-être cambriolé son appartement ? Le film ne donne pas de réponse à toutes les questions qu’on peut se poser, ce qui participe peut-être à cette sorte d’envoutement qui tient le spectateur jusqu’à la fin.

ANNIE GAVA
Août 2021

The Souvenir et The Souvenir part II seront présentés successivement le 29 août, à 16h15 et 18h30, au cinéma La Baleine, dans le cadre de la reprise de la Quinzaine des Réalisateurs à Marseille. Ils sortiront en salles le 29 décembre.

Photo © Condor distribution

Cinéma La Baleine
59 Cours Julien
13006 Marseille
04 13 25 17 17
labaleinemarseille.com