Lu par ZibelineLes éditions Liana Levi publient Des orties et des hommes, excellent ouvrage de Paola Pigani

Territoires perdus

Les éditions Liana Levi publient Des orties et des hommes, excellent ouvrage de Paola Pigani - Zibeline

Le troisième roman de Paola Pigani, Des orties et des hommes, tient des romans de formation, de l’autobiographie, de l’autofiction. Les sonorités du titre ne sont pas sans rappeler celles du roman de Steinbeck, Des souris et des hommes ; et le livre, par son évocation puissante de la vie paysanne, peut sembler un écho européen des drames de la terre américaine. Les éléments dictent aux hommes leur vie, leur rythme, et les « progrès » du monde « libéral » pèsent avec une violence aussi forte que la terrible sécheresse de 1976. Tandis que la lutte du Larzac se dresse en toile de fond, on assiste à la naissance du syndicalisme dans le monde paysan, tandis que sévissent SAFER (et les remembrements) et FNSEA (qui ne se préoccupe que des gros agriculteurs de la Beauce)… Les populations se brassent, ouvriers agricoles venus du monde entier, ou riches investisseurs qui souhaitent s’installer dans des demeures « typiques »… Rien n’échappe au regard de la petite Pia qui observe avec une subtile acuité tout ce qui l’entoure, dans sa Charente natale, au cœur de la ferme familiale. Elle rend visite à ses grands-parents, immigrés italiens installés dans un hameau voisin et la Nonna lui apprend à cueillir et préparer les orties pour les poules… Naissent au fil des pages paysages et personnes, amis d’enfance, fratrie aux maints éclats, marchands, fermiers, livreurs, marginaux, ouvriers agricoles… Les secrets émergent, parfois à la suite d’un drame, ou de rencontres… « Il faudrait un renard sauvage dans chaque maison pour que s’ouvrent les terriers, les tiroirs, et s’échappent les histoires cachées ». Travaux de la ferme, Crédit Agricole, pension, fugue, frère envoyé au lycée agricole, entrée des pesticides conseillés voire imposés par les directives gouvernementales… tout un monde se recrée là, dans son épaisseur, ses tragédies, ses misères. Les mots des poètes viennent s’interposer, accordent leur relecture aux sensations, aux émotions, transcrites avec une plume sensible et imagée. Bouleversant de justesse, d’engagement, de poésie.

MARYVONNE COLOMBANI
Mars 2019

Des orties et des hommes
Paola Pigani
éditions Liana Levi, 21 €