Vu par Zibeline

Belles sanguinaires, premier roman d'Isabelle Chaumard

Terres de polars

Belles sanguinaires, premier roman d'Isabelle Chaumard - Zibeline

Entre la Corse, Marseille et Paris, s’orchestre le premier roman d’Isabelle Chaumard, Belles sanguinaires. En une écriture déliée, l’auteure mène une double intrigue, dans laquelle évoluent deux personnages-clé, Isaià, journaliste, et Jane, peintre. Les premiers chapitres brossent leur quotidien, nous apprennent à les connaître avant leur rencontre et livrent des descriptions aux couleurs sans doute un peu trop attendues des lieux qu’elles arpentent. (Difficile d’échapper aux poncifs pour évoquer Marseille ou la Corse : « marché atypique » de Noailles, « le poumon de Marseille » où « on aime ou on rejette tout en bloc », et « canistrelli » au « marché central » non loin du « parking du Diamant » d’Ajaccio…). Au départ, il y a des lettres anonymes reçues au siège de Corsica-Hebdo, une explosion qui tue Paul, ami d’Isaià et rédacteur en chef du journal, -attentat que l’on s’empresse d’attribuer à une faction indépendantiste-, et une histoire de faux tableau signé Delacroix exposé dans la cathédrale d’Ajaccio… Est-ce pour égarer la jeune enquêtrice ? Dans quel but ? Elle suit la piste à Marseille, où éclot le personnage lumineux de Jane. Se glissent Mateo, un petit génie de l’informatique, des hommes cagoulés, alors que se multiplient courses-poursuites, enlèvements, et qu’une panne géante du web pousse à faire croire à l’existence d’un complot informatique destiné à renvoyer le monde à l’ère des dinosaures. Le tout est vivement mené, riche en rebondissements. Une idylle se dessine, tandis que l’histoire de l’art prend forme de manière encyclopédique, et que celle de la Corse est évoquée avec justesse et intelligemment mise en perspective (chose rare !), depuis Gênes, Pascal Paoli, le massacre de Ponte Novu en 1769 et la politique encore souvent coloniale de la France… Isabelle Chaumard signe ici une belle entrée dans l’univers romanesque avec une plume alerte et souvent poétique.

MARYVONNE COLOMBANI
Août 2019

Belles sanguinaires Isabelle Chaumard
éditions Le Mot et le Reste, 17 €