Un récit en BD sur l'enfance d'Inna Shevchenko, figure majeure des Femen, aux éditions Futuropolis

Tenir bon

Un récit  en BD sur l'enfance d'Inna Shevchenko, figure majeure des Femen, aux éditions Futuropolis - Zibeline

Inna Shevchenko est une des figures majeures du mouvement Femen. Née à Kherson en Ukraine, elle vit aujourd’hui en France, où elle a obtenu le droit d’asile en 2013. C’est d’elle qu’est venue l’idée de revenir sur son enfance dans l’Ukraine post soviétique. Et de le faire en bande dessinée ; un support qui, à ses yeux, favorise l’expression d’émotions encore très vives. Une façon pour elle de prendre du recul, en racontant son histoire, mais également celle de toute une génération, « l’histoire d’une survie individuelle et collective, tirée des multiples expériences de vies de celles et ceux qui se sont battus pour obtenir le minimum, tout en continuant de rêver de grandeur », comme elle le précise dans l’avant-propos de la BD. Une BD qui a mis longtemps à voir le jour, le projet étant resté en standby plusieurs années, faute de scénariste.

Thomas Azuelos a alors proposé le scénario à son complice Simon Rochepeau – avec qui il a réalisé L’homme aux bras de mer, et, plus récemment, La ZAD, c’est plus grand que nous. Voici donc Prénom : Inna, une enfance ukrainienne, premier volume d’un diptyque (le second sortira en septembre prochain). Le scénario de Rochepeau, rythmé par des épisodes marquants de l’enfance d’Inna, de ses premières années à son départ pour l’université de Kiev, s’inspire largement des récits et souvenirs de la militante, ainsi que des visites qu’il a rendues à sa famille en Ukraine. Quant au dessin d’Azuelos, réalisé sur une trame à l’encre noire et au crayon gris, dans des dominantes de brun, il se colore par flashes, faisant jaillir le blond d’une chevelure, l’orange d’un ruban, le rouge d’une paire de baskets ou de la veste d’un oncle mafieux… Quelques éclats dans un univers plutôt sombre, voué aux privations, aux trafics en tous genres, aux humiliations quotidiennes. Car la chute du Mur, si elle a suscité bien des rêves dans les pays de l’ancien bloc soviétique, n’a pas toujours permis que s’y instaurent indépendance et liberté. On a hâte de lire la suite !

FRED ROBERT
Février 2020

Thomas Azuelos est venu présenter et dédicacer l’album le 14 février à La Réserve à Bulles, Marseille

Prénom : Inna tome 1 Une enfance ukrainienne
Récit de Simon Rochepeau avec Inna Shevchenko Dessin de Thomas Azuelos
éditions Futuropolis 18 €