Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Femme non rééducable, un spectacle à fleur d'émotion sur la journaliste assassinée Anna Politkovskaïa

Témoigner jusqu’à la mort

• 14 octobre 2014⇒26 octobre 2014 •
Femme non rééducable, un spectacle à fleur d'émotion sur la journaliste assassinée Anna Politkovskaïa - Zibeline

Le courage d’Anna Politkovskaïa force l’admiration. La journaliste russe qui s’est élevée contre la guerre et ses exactions en Tchétchénie a tout subi : elle a assisté à tous les massacres, a témoigné des tortures, des viols, a interrogé les militaires, a été empoisonnée, arrêtée, incriminée, intimidée, a échappé à la mort, puis a été exécutée. Le texte de Stefano Massini, Femme non rééducable, est composé à partir de ses articles, de son journal, mais écrit comme une tragédie, avec son avancée inéluctable. Il a été porté sur scène plusieurs fois ces dernières années, par Mireille Perrier, par Anne Alvaro. Aujourd’hui il évoque forcément aussi ce qui se passe en Ukraine, même si l’on sait qu’envers les musulmans Tchétchènes, les «culs noirs», les Russes ont été plus inhumains encore. Vincent Franchi a pris le parti de théâtraliser le témoignage, de le rendre présent, introduisant des gros plans de visages, des images subjectives. Soignant les lumières aussi, et faisant jouer les dialogues entre la journaliste et les soldats incarnés par Amine Adjina, il contourne autant qu’il est possible la distance narrative des articles pour faire ressentir le présent de l’attentat, de l’empoisonnement, de la torture. Maud Narboni s’empare du personnage à fleur d’émotion, hallucinée autant qu’elle par la violence de ce qu’elle relate, criant l’impossibilité de choisir son camp, entre les attentats des Tchétchènes et les crimes de guerre des Russes, portant le combat dans ce devoir de journaliste qu’elle s’est fixé, témoignant, témoignant encore, enquêtant sans trêve, et relatant sans juger, mais sans rien camoufler. Elle apparaît dans son humanité, à la fois fragile et obstinée, héroïne qui va jusqu’au bout d’un combat juste et perdu d’avance, parce qu’il est insoluble, et parce qu’on ne s’oppose pas à Poutine.

Une très belle proposition, qui prouve une fois de plus le talent d’un jeune metteur en scène, et d’une comédienne, de la région.

AGNES FRESCHEL
Octobre 2014

Femme non rééducable s’est joué jusqu’au 26 octobre au théâtre de Lenche, Marseille

Photo : Femme-non-rééducable-c-Jérémy-F-Marron

 


Théâtre de Lenche
4 Place de Lenche
13002 Marseille
04 91 91 52 22
http://www.theatredelenche.info/