« Stomp » à Montpellier : génialement enthousiasmant

Tchaka StompVu par Zibeline

 « Stomp » à Montpellier : génialement enthousiasmant  - Zibeline

« Ah ? Tu vas voir Stomp ?… » Moue d’incompréhension et un peu dédaigneuse de plusieurs interlocuteurs. Tout le monde l’a vu ! Et puis c’est quand même un peu facile… Arguments massue ? Esprit désenchanté camouflé sous un snobisme bon teint ? La curiosité était décidément bien ancrée, et, sous couvert d’ouvrir l’esprit d’une progéniture peu motivée, la soirée du samedi au Corum fut réservée pour aller au-devant de ce spectacle qui en effet cumule les chiffres astronomiques (28 ans de longévité, des millions de spectateurs dans le monde entier). La salle est bien sûr archi complète (sauf le siège d’à côté, la descendance ayant fait faux bond, il ne faut pas rêver, tout de même). Décor à l’esthétique très street, tout en verticalité. Une gigantesque paroi couverte de panneaux de signalisation, d’ustensiles, plutôt issus de la cuisine (casseroles, passoires, verres,…) et du bricolage maison (tuyaux divers, tôle,…). Le premier des huit « Stomper » (celui qui piétine) arrive avec un balai. Et déjà, tout est son. Le moindre bruit est une note, le plus petit geste donne le rythme. Les autres le rejoignent. Allure décontractée, connivence sympathique avec le public. Tchac. Pfuit. Boum. Ding. Coups de balais. Poils qui glissent sur le sol. Manches qui cognent. Au millimètre. À la seconde. Il y aura des boites d’allumettes qui crissent. Le corps comme instrument de résonnance. Des éviers portés comme des caisses claires, en bandoulière. Des ballons de basket. Beaucoup de poubelles. Les clap clap scandés par les spectateurs, 4000 mains qui répondent au signal d’un danseur. Le mur d’objets mué en une batterie géante et verticale. Les huit personnalités des performeurs, enthousiasmantes. Des harmonies sorties de tuyauteries distordues. Et, puissant, impérial parmi ce florilège de percussions, du silence. Souvent fugace, comme une blague, ou un ange qui passe. Magnifique, lorsque qu’il est juste brisé par le crissement de 8 Zippo, et que les flammes clignotent, magiques, d’une main à l’autre. Plaisir extatique d’être là, tous ensemble.

ANNA ZISMAN
Mars 2019

Stomp a été joué les 2 & 3 mars au Corum dans le cadre de la saison Montpellier Danse.

Photographie : STOMP©STOMP

Le Corum
Esplanade Charles de Gaulle
34000 Montpellier
04 67 61 67 61
montpellier-events.com/Le-Corum/Presentation