« Rien à perdre », roman noir de Roberto Montana, aux Éditions Métailié

Tan desesperadosLu par Zibeline

Il arrive que les héros soient fatigués, au bout du rouleau, et que leur dernière lubie se transforme en road-trip cauchemardesque ! C’est le destin tragico-comique des trois quinquagénaires du roman noir Rien à perdre de l’écrivain et nouvelliste uruguayen Roberto Montana. Trois laissés-pour-compte que la vie n’a pas forcément malmenés mais qui ont fait les mauvais choix : Wave, rockeur des années 80, perruqué et yeux maquillés d’un trait d’eyeliner noir, qui rêve d’un ultime album pour financer les soins de sa fille malade ; Le Nerveux, un petit type [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous

Vous rencontrez des difficultés pour vous connecter ? Allez consulter notre page d'aide par ici