Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur la rencontre avec la jeune auteure Cécile Coulon, à la BDP Gaston Defferre en partenariat avec La Marelle

Talent précoce

• 26 mars 2014 •
Retour sur la rencontre avec la jeune auteure Cécile Coulon, à la BDP Gaston Defferre en partenariat avec La Marelle - Zibeline

À la voir, on a du mal à le croire. Silhouette gracile, cheveux platine tirés en un chignon haut, yeux clairs, vêtements sombres, Cécile Coulon semble à peine sortie de l’enfance. Et pourtant. À vingt-quatre ans, l’étudiante inscrite en thèse après un cursus des plus classiques (lettres sup’ puis la fac) en est déjà à son troisième roman édité par Viviane Hamy. Avant ceux-là, deux ouvrages avaient été publiés aux éditions auvergnates Revoir. Cinq textes édités. Un beau palmarès. Et une vraie découverte. Il n’est que de la regarder chausser ses lunettes pour lire un extrait de son dernier opus, ou de l’écouter énoncer ses préférences littéraires et ses choix narratifs, pour comprendre qu’un auteur est né. La lecture de Méfiez-vous des enfants sages (2010) et de Le roi n’a pas sommeil (2012) -tous deux brefs mais fulgurants- le confirme. Il y a là une voix originale, une écriture à la fois brute et poétique qui vous suit longtemps. Cécile Coulon n’est jamais allée aux États-Unis. Les deux romans sonnent pourtant comme des histoires américaines. Normal, elle en a lu tellement. C’est la littérature américaine (Steinbeck, mais aussi Stephen King dont elle est fan absolue) qui l’a sortie de l’ennui profond où l’avait plongée, durant ses années lycée, la lecture des classiques français. Et si elle écrit, c’est parce qu’elle a toujours beaucoup lu et qu’elle a envie de transmettre cette passion à d’autres. Des auteurs américains, elle admire l’efficacité et la capacité d’embarquer le lecteur. C’est encore une fois sur leurs traces qu’elle s’est lancée -mais dans un registre nouveau- avec Le rire du grand blessé, paru à la rentrée littéraire 2013. Ce conte d’anticipation renverse l’idée première du célèbre Fahrenheit 451 de Bradbury, en faisant du livre une «arme de désinstruction massive», un moyen d’asservissement des populations. Ce livre sur les livres et la littérature (mais aussi sur la peur et le plaisir de la transgression) répondait à un défi majeur pour la romancière : comment rendre dangereux un objet extraordinaire ? Elle l’a relevé avec brio, dans un style clinique et percutant. On attend  avec impatience la parution du quatrième roman, terminé, actuellement «en phase de repos» avant d’être repris pour «enlever tout le superflu».

FRED ROBERT
Avril 2014

Cécile Coulon était invitée le 26 mars à la BDP Gaston Defferre dans le cadre de Paroles d’auteurs, un cycle organisé en partenariat avec La Marelle

Le rire du grand blessé
Éditions Viviane Hamy, 17 €

Désormais disponibles en poche (Points)
Méfiez-vous des enfants sages (5,20 €)
Le roi n’a pas sommeil, sélectionné pour le Prix des Lecteurs Points Romans 2014 (6,20 €)

Photo : Cécile Coulon © Antoine Rozès


Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône
20 rue Mirès
13 003 Marseille
04 13 31 82 00
http://www.biblio13.fr