Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Lagos Lady, un thriller de Leye Adenle paru chez Métailié Noir

Taillée pour le noir

Lagos Lady, un thriller de Leye Adenle paru chez Métailié Noir - Zibeline

Avec ses vingt-deux millions d’habitants, Lagos, capitale du Nigeria (et ville la plus peuplée d’Afrique), l’est assurément : corruption généralisée, délinquance et trafics en tous genres, prostitution… Tandis que les ultra riches de Victoria Island sabrent le champagne, ailleurs règnent misère, violence et expédients : tout est bon pour survivre, on tue pour un peu de monnaie. Leye Adenle vit désormais à Londres ; mais c’est dans cette cité de tous les dangers, qu’il situe l’action de son premier roman, Easy motion tourist (en hommage à la chanson du grand King Sunny Ade ?), paru en français sous le titre Lagos Lady. Un polar efficace, mené à un rythme d’enfer, qui donne la chair de poule, et pas vraiment envie d’aller faire du tourisme dans ce secteur-là.

Un prologue pour le moins inquiétant donne le ton. Puis le récit fait alterner deux points de vue. D’un côté celui de Guy Collins -le « tourist » du titre original-, journaliste britannique venu couvrir les futures élections (il n’en fera rien) ; de l’autre, celui de la belle et mystérieuse Amaka -la Lagos Lady du titre français-. D’un côté l’Européen blanc totalement déboussolé par les scènes dont il sera le témoin et les péripéties qui s’ensuivront ; de l’autre la Nigériane au caractère trempé qui tente de protéger les prostituées de la ville. Évidemment celle-ci entraînera celui-là dans une aventure plus que périlleuse. Car chercher les responsables des disparitions et des meurtres atroces de filles équivaut à signer son arrêt de mort… Le scénario, très cinématographique, n’est pas sans rappeler Scorsese et Tarantino : violence crue, situations et dialogues à la fois trash et loufoques, sexe, drogues, armes à tous les étages. Plus une belle galerie de « méchants » parfois glaçants, souvent ridicules (ce qui ne les empêche nullement d’être dangereux).

Bref, à condition d’être amateur de ce genre d’univers, on prend un réel plaisir à la lecture de ce thriller, dont on attend la suite, que la fin ouverte laisse supposer.

FRED ROBERT
Juillet 2016

Lagos Lady Leye Adenle
Traduit de l’anglais (Nigeria) par David Fauquenberg
Métailié Noir, 20 €