Vu par Zibeline

Théo Mercier à Actoral

Swedish way of life

• 9 octobre 2018⇒10 octobre 2018 •
Théo Mercier à Actoral - Zibeline

Astucieuse idée de Théo Mercier, de se confronter à la Kallax. Nous avons tous un jour ou l’autre été amenés à monter cette étagère, produit phare d’Ikea remis au goût du jour par le revival du vinyle, puisque ses cases en épousent les exactes dimensions. Le postulat est clair : que devient l’homme contemporain, à l’aune d’un intérieur standardisé que l’on voudrait nous faire passer pour personnalisé ? Histoire de pousser la métaphore un peu plus loin, l’être humain est standardisé, lui aussi : moulé dans sa combinaison -un déguisement laissant apparaître une factice musculation-, le danseur Steven Michel s’attelle au méticuleux montage du meuble. Le corps du performer se réduit ainsi à un archétype, allant jusqu’à effeuiller sa première peau pour laisser place à une silhouette d’écorché. Dommage que le visuel ait été largement défloré en amont : la surprise du spectateur n’en eut été que plus grande, de découvrir au plateau cet affrontement entre une anatomie vulnérable et les arêtes immaculées des meubles d’intérieur, véritables totems modernes. Car au-delà du trouble se dégageant de cette image crue, la performance dépasse-t-elle le stade de la démonstration ? Au fil du spectacle, une voix off enjôleuse égraine ses injonctions, anecdotiques ou existentielles, jusqu’à perdre l’individu dans un tourbillon intérieur. La collaboration entre les arts plastiques et la chorégraphie, l’objet et le vivant, jalonne l’œuvre de Théo Mercier. Tout comme une certaine archéologie d’anticipation : on se souvient de ses pneus Goodyear, peau de banane en résine et autres babioles en plastique muséifiés au Musée de l’Homme. La fermeture inopinée du Théâtre de la Criée nous aura hélas confisqué le spectacle La fille du collectionneur (à lire sur journalzibeline.fr ), une série de tableaux scéniques qui aurait pu explorer plus avant cette réflexion : « ne pas vivre écrasé sous le poids des objets (…), mais chaque objet laisse la mémoire de sa forme et la question de l’empreinte qu’ils ont laissée en nous ».

JULIE BORDENAVE
Octobre 2018

Photo: Affordable Solution For Better Living, Théo Mercier © Erwan Fichou

 

Affordable solution for better living a été joué les 9 et 10 octobre au Théâtre Toursky, Marseille, dans le cadre du festival ActOral


Théâtre Toursky
16 Promenade Léo Ferré
13003 Marseille
04 91 02 58 35
http://www.toursky.fr/